Deux-Sèvres : de 6 000 à 10 000 anti-bassines confrontés aux forces de l’ordre à La Rochénard

Selon les organisateurs, la manifestation organisée ce samedi 26 mars contre les « méga-bassines » a été le rassemblement qui a vu le plus grand nombre de personnes opposées à l’installation des réserves d’eau de substitution destinées à l’agriculture.

L’article est accompagné d’un reportage vidéo à voir en bas de page.

Manifestation Anti bassines La Rochénard 79 AunisTV
Entre 6 000 et 10 000 personnes pour dire non aux méga-Bassines à la Rochénard ce samedi 26 mars. (©Ludovic Sarrazin).

Selon le collectif « Bassines Non Merci », le nombre de manifestants présent à La Rochénard (79) ce samedi 26 mars auraient atteint les 10 000 personnes, 6 000 tout de même selon la préfecture des Deux-Sèvres malgré un très important dispositif de contrôle mis en place par les forces de l’ordre.

La manifestation a débuté dans le calme vers 14h pour se diriger vers l’emplacement d’une future méga-bassine sur la commune voisine d’Epannes. Puis un peu plus loin, le long d’un chemin les manifestants munis de pelles et de pioches ont commencé à déterrer une conduite d’eau servant à alimenter l’arrosage des cultures.

Dégradation d’une station de pompage

Une conduite qu’ils ont cassé libérant des centaines de litres de d’eau. Symboliquement quelques-uns ont planté des pousses d’arbres dans la tranchée précédemment creusée tandis que le plus gros de la manifestation poursuivait son chemin en musique et toujours dans le calme.

Plus loin, certains manifestants s’en sont pris à une installation de pompage, l’endommageant. Une action condamnée par la Préfecture et le Département des Deux-Sèvres.

A lire aussi : Manifestation anti-bassines : « Aucun acte de destruction d’un outil de travail ne peut être cautionné »

Et c’est au moment où les escadrons de gendarmes ont commencé à s’approcher que la marche a dégénéré. Tir de grenades lacrymogènes contre jets de pierre. Les heurts se sont poursuivis pendant plus d’une heure. Et quelques blessés légers seront à dénombrer, selon les « Médics » présents sur place, dus essentiellement à des tirs de grenade.

Quelques blessés légers

Les relations entre les pro et les anti se sont radicalisés depuis plusieurs mois, un constat que déplore Benoît Jaunet, co porte-parole de la Confédération paysanne 79, mais qu’il sait expliquer :

On nous laisse soit disant la parole mais une fois que nous nous sommes exprimés ils ont déjà tout décidé. On ne veut pas nous écouter mais on leur dit faites attention car si ce n’est pas nous que vous écoutez, demain ce sont des gens masqués qui viendront la nuit faire des dégradations et nous ne sommes pas forcément d’accord avec cela masi vers cela que nous mène le soi-disant dialogue social qui est plutôt un dialogue de sourds ».

Pourtant le 18 mars dernier dans l’émission « Le mAAg » d’AunisTV, Luc Servant, président de la Chambre régionale d’agriculture de Nouvelle Aquitaine disait être prêt à renouer le dialogue avec les anti-Bassines. « Ma porte est ouverte pour répondre à leurs questions et échanger peut-être car il y a des interrogations. Un débat qui aurait dû avoir lieu mais certains sont sortis de la discussion… »

Une nouvelle entendu par Julien Leguet un des porte-paroles du « Collectif Bassines Non Merci ». « J’en suis ravi mais nous voulons un dialogue devant tout le monde, visible par tous avec des discussions qui ne seront pas tronquées par un corps préfectoral qui n’a de cesse que de porter ce projet quoi qu’il en coûte ».

D’autres manifestations sont à prévoir dans les semaines et les mois à venir. Les anti-bassines ne souhaitant pas faire redescendre la pression.

Voir le reportage


Publicités


Agriculture, Niort, Vie des communes