Surgères : Des savons à base de coquilles d’huîtres, l’invention d’Aurélie Dumand

Aurélie Dumand confectionne des savons avec un ingrédient inédit et 100 % local : la coquille d’huîtres. Découverte.

L’article est accompagné d’un reportage vidéo à voir en bas de page.

Aurélie Dumand fabrique des savons à base de coquilles d’huîtres, elle en produit une centaine par mois. (©Corentin Cousin).

Installé à Surgères, Aurélie Dumand, savonnière artisanale vient de créer une nouvelle recette à base de poudre de coquille d’huître pour un savon unique et inédit nommé « Bulles Nacrées ».

Savonnière depuis ses 17 ans, ce n’est qu’en 2019 qu’Aurélie Dumand a fondé sa propre savonnerie baptisée « Les Bulles d’Oré » . Cette savonnière est une porteuse de projet qui confectionne des savons, dont un avec une particularité.

Un savon maritime

« Je confectionne des savons en saponification à froid, c’est une technique qui permet de préserver les huiles. Et parmi ma gamme, j’ai un savon au pin maritime et à base de coquille d’huître ».

Quoi de plus local que l’huître ? Aurélie s’est mise en relation avec Ovive, une société qui justement récolte de la poudre de coquilles d’huître qu’elle utilise dans ses savons pour une utilisation bien spécifique.

« On cherche le bon équilibre pour avoir un effet gommant et agréable sur la peau. C’est toute une série de test et d’expérience pour trouver ce juste milieu ».

Revalorisation des déchets

Une poudre qu’Aurélie incorpore pour remplacer une autre ressource naturelle. Toutefois, la savonnière a su trouver le juste équilibre pour garder tous les bénéfices bien-être de ses savons.

L’idée est de valoriser ce qui aurait pu devenir un déchet. L’histoire de cette recette est que je remplace le sable, que j’utilisais auparavant et qui possède un côté exfoliant, par de la coquille d’huître qui a les mêmes bienfaits ». Aurélie Dumand.

Grâce à l’Atelier CyclaB, laboratoire d’innovation en faveur de l’économie circulaire situé à Surgères dont elle est lauréate en 2021, Aurélie Dumand a eu l’idée d’en intégrer dans une recette. Le tiers lieu lui a permis et donné les moyens de réaliser son projet qui correspond aux valeurs de l’Atelier.

« Mon éthique et la philosophie de la savonnerie sont tout à fait en lien avec l’économie circulaire. Et avec l’Atelier CyclaB, je retrouve une équipe avec des compétences variées et surtout un soutien permanent », indique-t-elle.

Aurélie Dumand a donc réussi à créer un savon à l’air marin qui n’est pas sans rappeler les promenades côtières, c’était en tout cas sa volonté. La savonnière a su lier la coquille d’huître dans un savon, une première en France pour un résultat plus qu’étonnant.

Voir le reportage


Publicités

Vous aimerez peut-être lire aussi


Société, Taugon, Vie des communes