St Jean de Liversay : quel est le point commun entre le peuplier, les huitres, la nutrition animale et la cosmétique ?

Dans la zone d’activité de Luché située sur la commune de Saint Jean de Liversay, le groupe Leuké diversifie ses activités dans des domaines où on ne l’attend forcément pas.

Cet article est également constitué d’un reportage vidéo à voir en bas de page.

Groupe Leuké bois cosmétique nutrition animale la diversité (©Ludovic Sarrazin)
Le groupe Leuké à Saint Jean-de-Liversay s’engage dans une transition écologique et économique indispensable à sa survie. (©Ludovic Sarrazin)

Vue du ciel, la scierie du groupe Leuké située à Luché sur la commune de Saint Jean-de-Liversay ressemble à toutes les autres scieries. Au premier coup d’œil on y coupe du bois, du peuplier en très grande majorité.

Mais si on s’approche d’un peu plus près on découvre une entreprise qui détonne par ses projets et sa diversité d’activités.

Des grillages de protection en plastique

La société d’exploitation forestière de Luché (SEFL) du groupe Leuké est spécialisée dans la plantation et l’abatage de peupliers, son cœur de métier. Lors de la mise en terre de jeunes plants, de nombreux grillages de protection en plastique sont utilisés pour empêcher les animaux sauvages ou d’élevage de venir les manger.

Des kilomètres de plastique neuf, polluant à la fabrication, et qui sont difficilement recyclables. Pour en diminuer l’utilisation, SEFL s’est tourné vers un partenaire venu de l’océan.

“Nous nous sommes tournés vers le Comité régional de la conchyliculture car ils ont des problèmes de recyclage de leur déchet. En discutant avec eux on a trouvé cette solution pour recycler les poches à huitres”, explique Théo Amsellem de Beaumont, ingénieur forestier chez SEFL.

Et à Andilly les Marais, les poches d’huitres se retrouvent autour des jeunes arbres de Marion, propriétaire de moutons, qui a fait appel à l’entreprise de Luché pour planter 96 peupliers sur sa parcelle.

“Il fallait une protection beaucoup plus forte parce que le mouton a tendance à attaquer facilement l’écorce de peuplier. Les poches à huitres sont très bien pour cela et elle dure dans le temps , quelques années le temps que l’arbre soit adulte”, indique Marion.

La nutrition animale

Et si on vous demande si le bois ça se mange, vous pourrez répondre par l’affirmative car après les poches à huitres, le groupe Leuké s’est attaqué à la nutrition animale.

“On s’est basé sur du bio mimétisme. Les cervidés grignotent l’écorce de peuplier pour se rassasier. A partir de cela on a monté le projet pour en finalité créer de la poudre de bois en mélangeant de l’écorce de peuplier et de la fibre de bois de peuplier là aussi.

Véritable complément alimentaire qui permet aux animaux d’élevage d’atteindre leur satiété plus rapidement. L’équipe souhaite également y incorporer du byssus de moule, un déchet pour la conchyliculture, mais qui est très riche en protéine.

Les premiers essais sur les animaux ont été effectués avec un résultat positif. La production devrait pouvoir débuter en septembre prochain.

La cosmétique

Recyclage, nutrition animale sans oublier la chimie avec des produits cosmétiques à partir du peuplier, le groupe Leuké s’engage vers une transition écologique et économique indispensable dans un monde toujours plus concurrentiel.

“On a fait beaucoup de recherches depuis 4 ou 5 ans que l’on a brevetée bien entendu. On a travaillé avec des partenaires que les pôles de compétitivité nous ont permis d’avoir. Avec un énorme soutien financier de la Région Nouvelle-Aquitaine et aussi un soutien de la CDC Aunis Atlantique sans oublier la ville de Saint Jean de Liversay avec qui on peut ouvertement discuter de toutes les perspectives de l’entreprise”, souligne Stéphane Fournier, le Président directeur général du Groupe Leuké.

Voir le reportage vidéo

Groupe Leuké : www.leuke.fr

Par Ludovic Sarrazin.


Vous aimerez peut-être lire aussi


Economie, Saint Jean-de-Liversay, Vie des communes