La Rochelle. Rugby. Champions Cup : le Stade rochelais va en finale pour la première fois de son histoire

Grâce à une seconde mi-temps de haute volée, La Rochelle décroche la première finale de son histoire en Champions Cup, en battant 32-23 les irlandais du Leinster.

Cet article est également composé des vidéos de la conférence de presse d’après match à voir en fin de page.

Stade Rochelais Champions Cup 2021 victoire ©Corentin Cousin
Une victoire historique qui soulève les foules et les joueurs. (©Corentin Cousin).

Un raz de marée de supporters a déferlé au coup de sifflet final devant le stade Marcel Deflandre à la hauteur de la performance réalisée par les joueurs de La Rochelle. Une victoire contre le Leinster de Léo Cullen. Un Leinster qui a infligé par moins de 34 points à Exeter, champion d’Europe en titre lors de son quart de finale. C’est dire à quelle point, l’exploit est retentissant.

Pourtant les Rochelais avaient mal entamé cette demi-finale, mais les Maritimes ont montré une force de caractère incroyable pour renverser la vapeur en seconde mi-temps et s’adjuger une des plus belles victoires du club.

Sentir la foule avec nous à la fin du match, ça donne des frissons et cela faisait longtemps que l’on avait plus ressentit cette sensation”. Grégory Alldritt 

9 fautes en 40 minutes. C’est ainsi que l’on peut résumer la première période de La Rochelle. Et pourtant les Maritimes s’en sortent bien à la sirène de ce premier acte en étant menés que d’un petit point (12-13).

Trop indiscipliné

Le moins que l’on puisse dire c’est que ça cogne et ça cogne dur sur chaque impact physique.

La Rochelle est dans la cour des grands et ça se ressent. Rapidement prise à la gorge par une mise en place tactique parfaite et des sorties de balles rapides, le Leinster prend rapidement le dessus et mène au score.

Notamment avec le premier essai inscrit de la rencontre en faveur des irlandais grâce à Furlong dès la 9e minute. Et deux en avant avec Wiaan Liebenberg qui écope d’un carton jaune qui réduit les rochelais à 14 contre 15.

On se fait surprendre sur les 20 premières minutes en termes de volume de jeu et d’arbitrage. On leur donne 10 points trop facilement”. Jono Gibbes

Un tableau d’affichage qui restera en leur faveur durant toute la première mi-temps. Toutefois dans la difficulté, les Jaune et Noir s’appuient sur un excellent pack et un maul conquérant pour lancer la machine.

En place physiquement sur les impacts et les plaquages, La Rochelle manque pourtant de maîtrise et de timing dans les rucks. Un problème qu’ils vont devoir régler en seconde période pour corriger leur indiscipline au sol, un secteur de jeu dans lequel le Leinster est maître.

Cela fait un an qu’on bosse dur sur le jeu au sol. C’est vrai que l’on flirte souvent avec la faute, mais aujourd’hui le travail a payé mais il est vrai qu’il faut le faire plus intelligemment”. Pierre Bourgarit

Malgré tout, le pragmatisme rochelais permet aux maritimes de ne pas être lâchés au score. Car, mine de rien, La Rochelle rivalise et s’offre même des occasions de débloquer le compteur d’essais. Le dernier quart d’heure est à mettre sur le compte des coéquipiers du capitaine Romain Sazy.

Digne des plus grands

Au retour des vestiaires, La Rochelle revient le couteau entre les dents et cela se voit. Plus incisif, à l’image de la fin de première période, les Jaune et Noir font mal aux irlandais.

Stade Rochelais Champions Cup 2021 victoire 2 ©Corentin Cousin
Les joueurs du Stade rochelais s’offrent un bain de foule d’après-match.(©Corentin Cousin)

Des avants monstrueux, un pack dominateur et des mauls en mode rouleau compresseur, La Rochelle fait du La Rochelle et étouffe petit à petit son adversaire du jour.

Dans une lutte de tous les instants, les joueurs de Jono Gibbes prennent le dessus et sont en tête pour la première fois du match à la 46e avec une pénalité de West. Un pragmatisme qui va galvaniser ses coéquipiers. La marche en avant est lancée.

On a su être patient et s’ajuster à l’arbitrage pour monter d’un cran notre capacité à mettre la pression”. Jono Gibbes

Les Maritimes partent à l’assaut, Will Skelton fait mal et casse deux à trois plaquages par percée. Les rochelais réussirent désormais à passer les mains après contact et avancer.

Et comme un symbole de la domination rochelaise, l’irlandais Low prend un jaune à la 55e laissant le Leinster à 14 contre 15. La vapeur est en train de s’inverser.

Une infériorité numérique qui ne sera pas sans conséquence puisque Alldritt va aggraver le tableau d’affichage à la 66e minute en inscrivant son 21e essai sous les couleurs de la cité portuaire que West se chargera de transformer.

À 25-16, ça sent bon. Et plus encore lorsque l’on voit le jeu rochelais s’épanouir. Les Jaune et Noir imposent leur rythme, jouent leur jeu et met à mal la défense du Leinster. L’organisation défensivement mise en place par le duo Gibbes / O’Gara fait disjoncter les irlandais qui à leur tour plongent dans une indiscipline au sol.

À l’image de Pierre Bourgarit, ils sont maintenant les premiers à mettre les mains sur le ballon et alors provoquer les fautes irlandaises.
Une domination qui se verra une seconde fois récompensée à la 75e minute par l’essai d’un des acteurs de cette rencontre, Will Skelton dans un style qui le caractérise, tout en force.

32-16 pour La Rochelle, cet essai scelle le sort du Leinster et envoie les rochelais direction Twickenham.
La réaction des joueurs de Leo Cullen pour un dernier baroud d’honneur n’entachera pas l’exploit que sont en train de réaliser les joueurs du club à la caravelle. Score final, 32-23.

On a gagné cette demie, mais ce n’est pas assez, on veut gagner la finale maintenant”. Grégory Alldritt

La Rochelle signe là, la plus grande victoire de l’histoire du club. Une force de caractère qui a impressionné l’entraîneur du Leinster, s’exprimera Léo Cullen en fin de match. Incroyable Rochelais, qui grâce à un collectif et une grande envie, ont su renverser la tendance d’un match engagé.

Le 22 mai prochain, La Rochelle rencontrera un adversaire bien connu en finale : le Stade Toulousain.
Il ne reste plus qu’aux rochelais à écrire la dernière page de cette Champions Cup édition 2021 pour marquer, encore un peu plus, l’Histoire avec un grand H.

Grégory Alldritt

Pierre Bourgarit

Jono Gibbes


Par Corentin Cousin.


Vous aimerez peut-être lire aussi


Rugby, Sport, Vie des communes