Saint Jean de Liversay : pour se souvenir de ceux tombés au combat en Indochine

La guerre d’Indochine a fait plus de 500 000 morts entre 1946 et 1954. La mairie de Saint Jean-de-Liversay a souhaité rendre hommage à tous ces hommes tombés au combat à l’autre bout du monde.

Cet article est également constitué d’un reportage vidéo à voir en bas de page.

Cérémonie guerre d'indochine Saint Jean de Liversay
Saint Jean-de-Liversay rend hommage aux enfants de la commune tombés au combat pendant la guerre d’Indochine. (©Ludovic Sarrazin).

Effacée des mémoires par la guerre du Vietnam, celle d’Indochine a tout de même fait plus de 500 000 morts entre les forces du Việt Minh et les troupes françaises de 1946 à 1954.

A Saint Jean-de-Liversay, la maire Sylvie Gatineau, a souhaité rendre hommage à tous ces hommes tombés au combat très loin de chez eux lors d’une cérémonie le 12 juin dernier au monument aux morts et au cimetière du village. “C’est une guerre un peu méconnue je pense du grand public. Une guerre très éprouvante dans un contexte et un milieu que l’on ne connaissait pas du tout car le territoire n’est pas du tout celui que l’on connait en Europe. Ma génération en a entendu parler mais je pense que les jeunes non, c’est important de faire ce devoir de mémoire”, explique Sylvie Gatineau.

Parmi les soldats qui ont payé de leur vie ce conflit, il y a eu René Garraud, engagé volontaire, un enfant de la commune mort au combat dès le début de la guerre en 1946 à l’âge de 22 ans.

Le conflit d’Indochine s’est achevé en 1954 par le retrait des troupes françaises. Un an plus tard débutait la guerre du Viet Nam. Le départ des français a mis fin à 100 ans de présence française en Indochine.

Voir le reportage vidéo


Par Ludovic Sarrazin.


Vous aimerez peut-être lire aussi


Saint Jean-de-Liversay, Société, Vie des communes