Saint-Jean-de-Liversay. La CdC Aunis Atlantique, prête à donner une seconde vie à l’ancienne laiterie

Lundi 4 juillet, en début de soirée, les élus de la CdC Aunis Atlantique ont posé la première pierre de leur nouveau pôle social et solidaire à Saint-Jean-de-Liversay en présence de la député et du sous-préfet.

Les élus de la CdC Aunis Atlantique ont assisté à la pose de la première pierre du projet de pôle social et solidaire à Saint Jean-de-Liversay. (©AntoineColin)

Il est 18h. Devant l’ancienne laiterie de Saint Jean-de-Liversay, une dizaine d’élus de la communauté de communes Aunis Atlantique sont déjà réunis devant l’entrée du bâtiment. Après quelques échanges avec la nouvelle député de la 2e circonscription, Anne-Laure Babault, et le sous -préfet, Pierre Molager, les acteurs majeurs de ce projet d’envergure prennent la parole.

Jean-Pierre Servant, président de la CdC Aunis Atlantique, ouvre le bal et reprend la genèse de ce projet. Depuis 2017, les élus du CIAS réfléchissent à la façon de regrouper au sein d’un pôle différentes activités à vocation sociale et solidaire. C’est désormais chose faite ! La laiterie de Saint Jean-de-Liversay va devenir le nouveau pôle social et solidaire du territoire.

Si ce projet devait servir à la base pour la création d’une épicerie solidaire, aujourd’hui, il s’inscrit dans « une aventure majeure qui débute non seulement pour le CIAS (Centre Intercommunal d’Action Sociale) mais aussi pour les associations », précise Nadia Boireau, 4e Vice-Présidente en charge de la Vie sociale et de la santé à la CdC Aunis Atlantique.

« Ce projet s’est aussi celui d’une renaissance »

Symboliquement, les élus et les acteurs majeurs de ce projet ont participé à la pose de la première pierre.

Un acte plein de sens qui lance le début de la création de ce pôle social et solidaire qui permettra dans les prochaines années « d’informer et d’orienter un large public, de coordonner la politique d’inclusion numérique, d’implanter durablement une recyclerie et d’assurer la couverture alimentaire des personnes les plus défavorisées » d’après la maire de Courçon d’Aunis.

La création de cet équipement structurant de 1500 m² au cœur de l’Aunis Atlantique permettra également d’accueillir un accueil mutualisé, un point d’accès numérique, une épicerie solidaire, un centre de distribution alimentaire des Restos du Cœur, une recyclerie, une cuisine pédagogique, une salle polyvalente et des bureaux.

Ce projet s’est aussi celui d’une renaissance, celle de l’ancienne laiterie, coopérative de Saint Jean-de-Liversay, qui s’apprête à entamer une deuxième vie », souligne Nadia Boireau.

Le choix du bâtiment n’est pas anodin. La CdC Aunis Atlantique continue de vouloir écrire l’histoire du territoire et cela passe par son passé. Pour cela, hors de question de toucher au bâtiment de l’ancienne laiterie. L’architecte, Karine Millet, doit composer autour de celui-ci pour conserver le caractère de cette ancienne coopérative.

Grâce à un partenariat avec la fondation du patrimoine, nous avons lancé une campagne de découverte de l’histoire de la laiterie accompagnée d’une collecte participative », ajoute la 4e vice-présidente.

D’autres temps forts seront proposés jusqu’à l’ouverture du site comme une visite artistique avec la SCOP Atemporelle ou encore une exposition photo de Samuel Buton qui viendra habillé les murs du centre bourg de la petite commune de l’Aunis.

« Un levier fort du développement social local »

Au côté du bâtiment historique réhabilité, une extension sera créée afin d’accueillir l’ensemble des espaces nécessaires.

Par rapport à l’architecture de l’extension, on a choisi une écriture complètement différenciée pour bien marquer la différence entre le bâtiment original et la nouvelle histoire du lieu qu’on va définir », précise l’architecte.

L’extension se fera donc sur l’arrière du bâtiment pour garder de l’authenticité et mesurera entre 800 et 900 m². Ainsi, la laiterie continue à vivre autour de la population, de Saint Jean-de-Liversay et du territoire.

Quel futur pour La Chinetterie ? La Chinetterie portée par l’Espace Mosaïque devait rejoindre le pôle social en relocalisant son activité depuis Saint-Sauveur d’Aunis. Fin d’année 2021, les responsables ont pris la décision de la fermer. Résultat, la CdC Aunis Atlantique a lancé un appel à projets pour trouver un gestionnaire capable de porter cette activité au sein du futur pôle. La période de candidature étant terminée, le candidat retenu sera présenté à la rentrée prochaine.

Grâce à différentes collaborations, la CdC Aunis Atlantique et le CIAS tiennent leur promesse d’amélioration des conditions d’accueil dans un lieu hybride, mutualisé et plein de ressources.

Plus qu’un lieu d’accueil, l’ancienne laiterie est destinée à devenir un bâtiment mêlant histoire et innovation puisque la CdC Aunis Atalntique cherche à travers ce projet à répondre à ces ambitions en matière de transition écologique et sociale.

Ce nouveau lieu va favoriser les échanges et les collaborations pour devenir un levier fort du développement écologique et social local », se réjouit Jean-Pierre Servant, président de la CdC Aunis Atlantique.

Par ailleurs, les enjeux sont forts : améliorer l’accueil du public et des bénévoles, favoriser la mutualisation des services pour répondre aux difficultés de mobilité, répondre aux besoins de lutte contre la fracture numérique et la désertification des territoires, développer l’économie solidaire, améliorer la gestion des déchets et enfin lutter contre le gaspillage alimentaire.

En matière d’environnement, le bâtiment sera en partie équipé de panneaux photovoltaïques (630 m²). Ainsi, ce projet s’inscrit en partie dans la labellisation TEPOS du territoire et dans leurs objectifs de transition énergétique.

Au total, le projet a coûté 2,6 millions d’euros. L’État a contribué à hauteur de 250 000 euros et la Région a participé à hauteur de 490 000 euros. Le Département a débloqué une enveloppe de 638 000 euros pour soutenir ce projet et la Caf a également apporté sa contribution à hauteur de 150 000 euros.


Publicités


article, Saint-Jean-de-Liversay, Société, Vie des communes