Niort. Il se masturbe dans le jacuzzi d’un centre aquatique

Lundi 19 septembre, en fin de matinée, dans un centre aquatique, une nageuse a surpris un individu en train de se masturber au niveau d’un jacuzzi. Alertés, les maîtres-nageurs ont aussitôt sollicité l’intervention de la gendarmerie.

L’individu risque un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende. (©AdobeStock)

Lundi dernier, en fin de matinée, un homme a été surpris par une nageuse entrain de se masturber dans un jacuzzi d’un centre aquatique près de Niort. Un acte illégal qui a tout de suite suscité la réaction des visiteurs.

Infirmière de son état « et sûre de son fait », la témoin a immédiatement signalé le comportement suspect de l’individu « en train de taquiner le goujon avec son asticot en main » , ironisent les gendarmes des Deux Sèvres sur leur page Facebook.

Alertés, les maîtres-nageurs ont fait appel à la gendarmerie pour mettre fin aux agissements « de ce malsain pêcheur » et le placer en garde à vue. D’après les militaires, le suspect se croyait à l’abri des vues…

Un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende

Une enquête a été ouverte et l’homme a été placé en garde à vue pour ses agissements du plus mauvais effet dans ce lieu public, ouvert aux enfants.

Pour mémoire, selon le Code pénal, « l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ».

Et peu importe que l’objet du délit soit resté dans son pantalon : « Même en l’absence d’exposition d’une partie dénudée du corps, l’exhibition sexuelle est constituée si elle est imposée à la vue d’autrui, dans un lieu accessible aux regards du public, la commission explicite d’un acte sexuel, réel ou simulé. »

Et lorsque les faits sont commis au préjudice d’un mineur de 15 ans, « les peines sont portées à deux ans d’emprisonnement et à 30 000 euros d’amende », poursuit le Code pénal. Des informations qu’aurait dû consulter cet homme interpellé par les gendarmes.

Face à ce genre de comportements fréquents, il est conseillé aux témoins de ne pas avoir peur de ces hommes et de ne pas hésiter à les dénoncer. D’ailleurs, dans cette affaire, la nageuse témoin a adopté le bon réflexe puisque l’incident ne l’a pas fait fuir.


Publicités


article, Faits divers, Niort, Vie des communes