Marans. Quel avenir pour l’entreprise FB Enduits et ses 6 salariés ?

L’enduiseur François Bremaud est sommé par la mairie de quitter ses locaux jouxtant le parking de camping-cars. L’entrepreneur dénonce un imbroglio politique.

François Bremaud à la tête de FB Enduits et de ses 6 salariés
François Bremaud à la tête de FB Enduits et ses 6 salariés vont devoir déménager mais où ?. (©Yannick Picard)

Au bout du port de Marans, avenue Madame Charles Charriau, c’est l’incompréhension qui prévaut depuis quelques semaines. François Bremaud à la tête de FB Enduits et de ses 6 salariés n’en démord pas, « il y a quelque chose derrière tous ça ».

Récemment le chef d’entreprise s’est vu notifier par la mairie l’obligation de quitter son entrepôt construit sur l’aire de camping-car créé par l’ancien maire Thierry Belhadj élu en 2014. « La mairie voulait m’expulser au mois d’octobre prochain. J’ai réussi à obtenir un délai d’un an », explique François Bremaud.

21 000 euros de loyers impayés

Le chef d’entreprise bénéficiait d’un bail 3-6-9 accordé par l’ancienne municipalité. « Il est arrivé à son terme », précise Jean-Marie Bodin, qui a remplacé Thierry Belhadj à la tête de la commune en 2020. Le patron de FB Enduits confie, « lors de mon installation, j’avais voulu acheter les locaux. Mais la mairie a contré la vente. Aujourd’hui on me réclame 21 000 euros d’arriérés de loyers. Tous ça n’est pas sain. Que ce soit Belhadj ou Bodin, il y a des magouilles ».

Ce dont se défend le nouveau maire de la ville. Enfin peut-être pas tout à fait vis-à-vis de son prédécesseur, « Thierry Belhadj avait fait une promesse à François Bremaud sur l’un des trois garages désertés sur le port de l’entreprise Soufflet ».

Mais ils sont devenus la propriété de la communauté de communes (CdC) Aunis Atlantique ainsi que le bâtiment administratif qui a été depuis transformé en un espace de travail partagé.

L’entrepreneur qui a donc réussi à faire jouer la montre assure, « je veux rester dans cette zone. C’était une promesse de Thierry Belhadj. Je demande qu’elle soit respectée. J’en ai parlé au directeur général des services de la mairie. Il m’a répondu : vous n’avez qu’à mettre Thierry Belhadj au tribunal. Moi je demande juste une chose, continuer à travailler ».

« On va trouver une solution »

Mais depuis sa défaite aux municipales en 2020, l’ancien maire a fait ses valises. Il a aujourd’hui créé une antenne de son entreprise La chaise de Marans à L’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse).

Concernant la suite de l’activité de François Bremaud, Jean-Marie Bodin veut se montrer rassurant, « on va trouver une solution. Je pense notamment à la zone d’activités de Saint-François. Il faudrait 800 m2 ».

Quant à l’existant et ce fameux parking de camping-cars construit par Thierry Belhadj, le nouveau maire souhaite en faire un port à sec, « nous allons faire un échange de foncier avec le conseil départemental. De toute façon les camping-cars se mettent déjà tous sur les bords de la Sèvre. Nous allons aménager tous ça ».

Politique du verre à moitié vide ou à moitié plein, François Bremaud ne digère pas les prises de position des uns et des autres. Quitte à vouloir faire parler la poudre, « une chose est certaine, aux prochaines élections je me présente en tant que maire de Marans ».


Publicités


article, Marans, Société, Vie des communes