Marans. Le président du conseil portuaire dévoile la stratégie départementale

Le port de Marans tente de rattraper le temps perdu en 2020 avec la pandémie de Covid-19 en mettant le virage stratégique qu’il vient d’entamer sous les feux de la rampe. Alors, quels seront les futurs projets sur le port de Marans ?

Cet article est également composé d’un reportage vidéo à voir en fin de page

Le développement d’un tourisme fluvial sur la Sèvre Niortaise est en passe d’émerger dans le paysage entre Niort et Marans (© Antoine Colin)

La série sur les acteurs du port de Marans reprend du service. Cette semaine, l’équipe d’Aunis TV vous emmène à la rencontre de Jean-Pierre Servant qui se sert de sa double casquette de président de la CdC Aunis Atlantique et de conseiller départementale en charge de la présidence du conseil portuaire pour développer un projet de nautisme dans cette commune surnommée « la perle du Marais ».

Comme 20 autres ports présents sur le territoire, depuis 2018, le port de Marans est administré par le Département de la Charente-Maritime via son conseil portuaire qui est en charge de sa gestion, de ses équipements et de ses futurs aménagements.

Créer une transition entre le port et la ville

Une à deux fois par an, le conseil portuaire, composé de représentants du concessionnaire, de la collectivité territoriale, du personnel et des autres usagers du port, se réunit pour regarder le budget, les tarifs et évidemment les projets que le Département souhaite mener sur les différents ports.

En 2019, depuis la prise de gestion par le Département, un projet est lancé à Marans pour à la fois développer le port à sec, mais aussi mettre aux normes l’aire de carénage », explique Jean-Pierre Servant, président du conseil portuaire du port de Marans et des ports de Charron.

Après une période délicate compliquée par la crise sanitaire, les projets ont toutefois pris du retard, et en 2020, la municipalité a souhaité que le projet soit revu pour permettre de relier le cœur de la commune à son port qui est en quelque sorte l’artère principale de la ville. Un compromis obtenu entre les différents acteurs du conseil et les collectivités qui ont souhaité avancer dans le même sens.

Elle aimerait qu’une partie de cet endroit stratégique pour la ville de Marans, soit réservée pour y faire un espace public végétalisé, autrement dit, on souhaite faire une transition entre le port et la ville », ajoute Jean-Pierre Servant.

Ce projet peut-il être réalisable ? La question se pose pour certains sceptiques même si le développement du nautisme à Marans semble être le nouveau cheval de bataille du Département sur la partie nord du territoire. 

Pour rappel, ce projet a été estimé à 1,5 million d’euros et pourrait voir le jour dès l’année prochaine. Des négociations sont en cours entre les différents partis (collectivités, Département, plaisanciers, municipalité).

Un projet de tourisme fluvial

Au-delà de l’aspect économique, le conseil portuaire et le Département travaillent également sur deux volets importants de la politique départementale : l’environnement et le tourisme. 

Il y a un projet de tourisme fluvial qui va voir le jour. Dès cet été, on aura une péniche, un bateau habitable qui pourra naviguer entre Niort et Marans, avec un arrêt à Marans« , se réjouit le président de la CdC Aunis Atlantique. 

Le développement du tourisme fluvial sur la Sèvre Niortaise est donc en passe d’émerger dans le paysage entre Niort et Marans. Depuis 2015, 5 des 10 écluses en service sur l’itinéraire navigable ont aussi fait l’objet de restauration ou de réhabilitation complète et la pénichette a coûté au total 800 000 euros.

Reste à savoir si les efforts entrepris par le Département et ses collaborateurs dans ce projet seront bénéfiques à terme. En attendant, la commune de Marans et le Département comptent bien s’appuyer sur ces deux projets et son port de plaisance pour rendre cette partie du territoire plus attractive. 

Voir le reportage


Publicités

Vous aimerez peut-être lire aussi


CDC Aunis Atlantique, Charente-Maritime, Economie, Marans, Vie des communes