Marans : des citoyens planchent sur la création d’une nouvelle société citoyenne

La Coopérative Aunisienne d’Énergie Citoyenne a présenté sa démarche de création d’une société citoyenne, vendredi dernier, à l’occasion d’une distribution de l’AMAP de Marans.

ANE!rs17 a le projet d’aider à la création d’une société citoyenne sur le territoire Aunis Atlantique. (©Antoine Colin)

Ils étaient une vingtaine, vendredi 10 décembre, réunis sous l’enceinte du marché couvert de Marans pour une grande distribution de l’AMAP.

Panier de légumes dans une main, flyers dans l’autre, des citoyens en ont profité pour présenter et partager autour de leur projet de création d’une nouvelle société citoyenne de production d’énergie renouvelable en Aunis Atlantique.

Un réseau local

18h30. Le marché couvert de Marans commence à se remplir. Plusieurs groupes de personnes préparent des petits stands de produits locaux. Au menu : salade, farine, gâteaux, miel, légumes de saison, etc.

L’association pour le maintien d’une Agriculture paysanne (AMAP) de la petite commune de Charente-Maritime lance sa distribution de paniers hebdomadaire.

Une initiative qui a permis à de nombreuses familles de consommer différemment et d’intégrer un circuit court et solidaire, capable non seulement de garantir un revenu aux producteurs participants, et surtout, de prendre part à des projets citoyens d’envergure dans la communauté d’agglomération Aunis Atlantique.

Mais ce n’est pas la seule raison de ce rassemblement. Au fond de ce marché improvisé, un stand attire l’attention. C’est celui de la société citoyenne l’Énergie renouvelable et solidaire 17.

Son objectif  est de faire connaître les sociétés citoyennes de productions d’énergies renouvelables et le discours des bénévoles semble porter ses fruits.

Un nouveau concept citoyen en Aunis

« A Nous l’Energie renouvelable et solidaire 17 » (ANE!rs17) aide aujourd’hui à la création de sociétés citoyennes sur le département.

« On a déjà aidé à la création de la société Oléron sous le soleil 17 et la coopérative « Les Lucioles » sur l’agglomération de La Rochelle », explique Fabien Desbordes, bénévole pour cette association.

Sa mission est maintenant de créer une société de production d’énergie renouvelable citoyenne sur le territoire de l’Aunis Atlantique et cela passe par une longue argumentation.

Pour cela, Fabien porte la parole de sa société citoyenne ANE!rs17 et peaufine son discours. Il souhaite convaincre ses interlocuteurs pour apporter de nouveaux soutiens à ce nouveau projet.

« On fait partie d’un grand réseau national qui s’appelle Energie partagée qui est un fond d’investissement citoyen qui va permettre d’aider au financement de projets citoyens », ajoute Fabin Desbordes.

En France, plus de 300 sociétés citoyennes ont vu le jour et elles recouvrent plusieurs domaines même si la majorité développe des projets photovoltaïques.

Elles permettent la réappropriation de la production d’énergie et « de produire localement des énergies renouvelables que nous n’avons pas pu économiser ».

Autrement dit, les citoyens sont toujours majoritaires au capital. Ils ont le pouvoir de décision. Ils gèrent les bénéfices de la structure et les investissements.

« On investit sur d’autres productions photovoltaïques par exemple, on investit sur la précarité énergétique et on aide les gens dans une situation de précarité énergétique. On investit aussi dans la sensibilisation aux économies d’énergies. Ce sont les deux piliers. Il faut produire et économiser beaucoup », rappelle Fabien Desbordes.

Il faut simplement que ces projets citoyens correspondent à un certain cahier des charges du mouvement Energie partagée qui est à la base de la création des différentes sociétés citoyennes sur le territoire.

De nombreux exemples concrets comme la société Oléron Sous le Soleil 17 (OSS 17) ou la coopérative « Les Lucioles » ont déjà fait leurs preuves.

Reste à savoir si les citoyens de la CdC Aunis Atlantique sont prêts à s’investir dans un projet de société citoyenne de production d’énergie renouvelable.

Les collectivités territoriales se greffent aussi parfaitement à ces projets même si le citoyen reste le seul décisionnaire. A chaque projet citoyen, un dossier est posé et la région abonde sur l’investissement.

Les communes mettent aussi des bâtiments publics à disposition. À titre d’exemple, la Région Nouvelle-Aquitaine verse 1 euro pour chaque euro investit par un citoyen dans une société citoyenne jusqu’à hauteur d’un plafond de 250 euros.


Publicités


article, Marans, Société, Vie des communes