Le Rochelais Simon Wiciak, joueur de poker pro, va s’essayer à Las Vegas

À 29 ans, Simon Wiciak est un joueur de poker professionnel depuis 3 ans maintenant, il  souhaite changer de dimension en partant de La Rochelle pour la Hongrie.

Simon Wiciak joue au poker de 18h à 2h du matin presque tous les soirs. (©Corentin Cousin).

Le Rochelais de 29 ans, Simon Wiciak alias « Luraken », vient de remporter le « 6 Max – Master Championship » en s’imposant devant 1 395 joueurs, l’un des plus beaux tournois des « Winamax Series », un festival de poker online qui regroupe 211 tournois sur 12 jours. Une performance qui lui a permis de gagner 60 660 euros.

Une première pour le jeune joueur qui veut maintenant passer un nouveau cap.

Du foot au poker

Ce sont des choix et des mains fortes que Simon a pris pour en arriver là. À 12 ans, l’enfant des Touches de Périgny rejoint le centre de formation des Chamois Niortais. En parallèle, il découvre l’univers du poker. D’abord en tant qu’amateur, « j’ai commencé avec des petits tournois où je perdais souvent. Je faisais entre 300 et 400 euros de perte ».

Capitaine des U19 nationaux, Simon s’engage dans des études d’ingénieurs. Math sup, math spé puis diplôme d’ingénieur à l’École centrale d’électronique de Paris, le poker est toujours présent dans sa vie. « À ce moment, je deviens un joueur un peu plus sérieux, car je commence à gagner entre 200 et 400 euros et ne plus être déficitaire ».

Devenir joueur pro

À la fin de ses études, Air Liquide, un groupe français leader mondial des gaz industriels, veut s’attacher ses services. Alors salarié de l’entreprise tricolore, il voyage, Bruxelles, Mexique, Malaisie. Mais son envie de liberté, d’indépendance survient et surtout son niveau au poker grandit. « Je gagnais de plus en plus, j’étais désormais capable de me dégager un salaire étudiant d’environ 800 euros ».

Son envie de devenir joueur professionnel commence à trotter dans sa tête. Et en 2017, le déclic. Un tournoi à 2 euros l’entrée, il en sort vainqueur avec un gain de 1 700 euros. Une grosse performance qui fait tilt. « Je travaillais toujours en tant qu’ingénieur, mais je me suis attaché les services d’un coach pour apprendre encore plus sur le poker ».

Ce n’est que deux ans plus tard que le jeune joueur se lance totalement dans l’aventure.

« À 26 ans, contre l’avis de ma famille, je prends la première vraie décision de ma vie. C’était le moment ou jamais ».

Fini le salariat, fini Air Liquide, voici Table_Rase. « C’est mon premier pseudo que j’ai choisi et qui correspondait à ma vie. Faire table rase du passé, de ma vie d’avant pour en commencer une nouvelle ».

Les plus gros tournois en ligne se déroulent le dimanche soir. (©Corentin Cousin).

Les cartes en main

« J’ai découvert le poker sur le tas finalement. En m’y intéressant, je me suis aperçu que c’est beaucoup de mathématiques et de statistiques. Bref, un peu tout ce que j’aime, indique Simon en poursuivant, j’ai commencé à gagner et j’ai envisagé de m’y consacrer à plein temps ».

Il part donc à l’Île Maurice, pendant 6 mois, pour aguerrir son jeu. « J’ai cherché le pays où la fiscalité était la plus intéressante ». Et à son retour. « Ce moment a vraiment déterminé ma volonté d’être un joueur de poker pro ».

De retour à La Rochelle, auprès de sa famille et de ses amis Simon est pleinement dans poker. Toutefois, il continue le football en parallèle qu’il avait mis entre parenthèses durant 8 ans. Périgny, puis La Rochelle ES en Régionale 1 sous l’égide de Fabrice Fontaine, actuel leader du championnat pour une montée en Nationale 3.

Si 2019, c’est le grand changement de situation dans sa vie c’est également le temps du confinement. Un confinement « très prolifique », sourit-il. En effet, seuls les jeux de poker sont restés ouverts, contrairement aux paris sportifs et hippiques.

Certains se découvrent alors une passion pour le poker en ligne, mais ce ne sont que des amateurs pendant que Simon quant à lui à toutes les cartes en main.

il y avait plus de joueurs et le niveau à baisser, donc c’était tout bénéfique pour nous (joueur pro) ».

Adepte du multitabling (jouer plusieurs tables en même temps), les gains s’envolent. « Mon plus gros gain, c’est 40 000 € sur un tournoi et 100 000 € de profits en 2020 ». Simon Wiciak est capable de jouer entre 12 à 24 tables  simultanément sur plusieurs heures dans le but d’optimiser ses chances et ça marche.

Plein aux as

Sérieux, rigoureux avec toujours une grande soif d’apprendre, Simon, pratique la méditation, la sophrologie et le yoga pour la concentration. Le football est sa bouffée d’oxygène, mais il se rend compte que ses deux passions sont de moins en moins compatibles. « Cela fait trois ans que j’ai ce statut de professionnel, et je dois passer un cap ».

Et le 7 avril dernier, c’est la grosse perf. Simon remporte le Master Championship des Winamax Series. Un tournoi sur 3 jours à 250 euros l’entrée. Résultat, plus de 60 000 euros de gain qui le fait passer dans une autre dimension. « Paradoxalement, on est seul face à cette victoire, dont elle se fait dans le plus grand des calmes ».

Il gagne sous le pseudo de « Luraken », en référence à Johnny Cadillac qui fait un Uraken ainsi que pour l’esprit et la notion de combat que cela évoque. « J’ai changé justement pour ce tournoi pour passer incognito, car les joueurs commençaient à me connaître en ligne ».

Simon l’avoue, depuis cette victoire, les regards et le jeu des autres joueurs à changer. « On a un petit logo WS qui montre que l’ont a gagner un Winamax Séries, donc clairement, je sens que les joueurs me jouent différemment, après j’arrive à en jouer ».

Un bon jouer de poker est un joueur imprévisible selon moi, très équilibré et très dur à jouer. Il ne faut ni trop bluffer ni être trop attentif.

Entrainement et session vidéo, Simon s’entraîne comme un sportif de haut niveau. (©Corentin Cousin)

All-in

Luraken veut désormais monter d’un cran. Et pour cela, impossible de le faire en France.

L’an prochain, j’arrête le football et je compte partir pour tenter de changer un peu plus de dimension ».

Direction Budapest et la Hongrie.

J’ai choisi cette destination pour trois raisons. C’est intéressant fiscalement, le cout de la vie est pas peu cher ce qui me permet de vivre décemment et il me faut un environnement ou le niveau est élevé ».

Mais avant de partir chez les Hongrois, Simon va cet été faire un petit détour dans le temple du Poker, Las Vegas, une première pour lui.  « Du 1er juin au 1er juillet, je pars avec un groupe d’une dizaine de joueurs français pour aller à la conquête d’un des plus grands tournois du monde, les World Series Of Poker (WSOP) ».

Coupe du monde

Une Coupe du Monde du poker avec près de 200 tournois différents pendant deux mois avec des entrées de tables qui varient entre 300 et 3 000 dollars. « Ce sera un tournoi en présentiel, contexte inhabituel pour moi qui joue beaucoup en ligne ».

Simon va engager pas moins de 50 000 euros au total pour y participer, « l’objectif est de ne pas perdre d’argent ».

Avec son style agressif et une forte tendance à bluffer, ce WSOP est encore un tournant dans la carrière du joueur rochelais pour à nouveau passer un cap.


Publicités

Vous aimerez peut-être lire aussi


La Rochelle, Société