L’armée et la gendarmerie réunies pour un forum des métiers au Carrefour d’Angoulins

Samedi 4 juin, militaires et gendarmes ont organisé une journée d’informations sur les métiers de la Défense, de la Sécurité et les nombreux outils mis en place contre la délinquance dans la galerie Carrefour à Angoulins.

Cet article est également composé d’un reportage vidéo à voir en fin de page.

Les visiteurs ont pu découvrir les nombreux métiers de la gendarmerie et de l’armée. (©AntoineColin)

Chaque année, l’armée de terre recrute en France près de 16 000 personnes. Point non-négligeable et mis en avant par les organisateurs de cette journée d’informations organisée samedi 4 juin en partenariat avec le Carrefour d’Angoulins, lieu de l’événement, l’armée recrute des jeunes de 17 à 32 ans, sans obligation de diplôme.

Rayonnement, information et recrutement. Voilà brièvement résumées les missions remplies par les militaires à l’occasion de ce forum des métiers de la Défense et de la Sécurité.

Un événement gratuit et dynamique, porté par les armées (armée de terre, Marine, aviation), la gendarmerie, et les unités périphériques comme la brigade de prévention de risques, la Maison Familiale ou encore d’autres unités liées à la criminologie.

Sur place, du matériel était présenté et des officiers étaient là pour vous faire découvrir leur travail de manière ludique et pédagogique.

L’objectif était d’échanger sur ces métiers avec les jeunes et de les orienter vers les nombreuses spécialités au sein de ce corps de métier qui peut parfois avoir cruellement besoin de main-d’œuvre.

Une palette de métiers à découvrir

Le ministère de la Défense est l’un des principaux recruteurs de l’État, avec environ 20 000 jeunes engagés par an, militaires et civils, dans l’armée de terre, de l’air et la marine.

Seulement, dans l’armée, un métier peut cacher de nombreuses spécialités. Avec une large palette de postes proposés à tous les échelons de la hiérarchie.

En gendarmerie, on a énormément de métiers différents. On fait tous le même métier puisqu’on est d’abord gendarme, mais après on peut se spécialiser. Par exemple, vous pouvez intégrer la brigade nautique. Vous aurez un tronc commun à l’école et des matières annexes pour évoluer dans cette spécialité », explique Mickaël Michaud, adjudant au centre d’Information et de Recrutement de la gendarmerie de Poitiers, responsable de toute la Charente-Maritime en recrutement.

C’est pour cette raison que tous les profils sont acceptés, du décrocheur scolaire au doctorant. L’idée est de « grimper » dans la hiérarchie.

On demande surtout des personnes motivées. On recrute avec ou sans diplômes. Pour être gendarme adjoint, par exemple, on ne demande pas de diplômes. Ce sont de vrais métiers de vocation. Avec ce type d’emploi, on ne connaît pas les 35h. On est avant tout là pour aider les gens. C’est notre vivier de sous-officier », souligne le gendarme.

Néanmoins, depuis 50 ans, les effectifs des armées ont progressivement diminué, tous les départs n’étant pas remplacés. L’armée et la gendarmerie cherchent donc des passionnés. Les formations se poursuivent généralement tout au long de la carrière. En moyenne, un militaire y passe 20% de son temps.

Les armées de terre et de l’air recrutent tout au long de l’année. (©AntoineColin)

Les militaires étaient donc présents pour informer le public sur les coulisses de leur métier. Avec l’augmentation de la délinquance et des arnaques en tout genre, ils ont constamment besoin de renfort.

On a toujours besoin de nous. Plus le temps passe, plus la population a besoin de notre présence. C’est pour cette raison qu’on recrute toute l’année. Mais on cherche vraiment des personnes qui ont une vocation. On peut être amené à voir des choses dures parfois cruelles », rappelle le militaire.

D’autres soldats étaient aussi ici pour informer les passants en matière de prévention. Prévention des violences sexuelles et sexistes, des cambriolages, des vols et des escroqueries sur internet.  Au total, 8 stands étaient installés dans la galerie marchande.

L’intérêt de ce forum est d’échanger avec des spécialistes qu’on n’a pas forcément l’habitude de voir au quotidien contrairement aux gendarmes qui assurent cette relation de proximité avec la population. Vous avez la brigade nautique voire même des militaires spécialisés dans les nouvelles technologies. C’est des militaires de l’ombre. Leur présence va permettre de pouvoir échanger avec les gens et de leur faire découvrir des spécialités inconnues du grand public », se réjouit l’adjudant Michaud.

La gendarmerie regroupe environ 450 métiers. Du maître-chien au peloton d’intervention en passant par des horticulteurs, il y a de la place pour n’importe quel profil en gendarmerie. Pour autant, un gendarme reste un militaire. Pour obtenir l’uniforme bleu, il faut donc faire preuve de persévérance et d’abnégation, mais aussi de passion.

Voir le reportage ci-dessous.


Publicités


Angoulins sur mer, Economie, Vie des communes