La Rochelle. La pilote d’endurance moto Émeline Perrier chute en Espagne

La Rochelaise Émeline Perrier a chuté sous la pluie sur le circuit de Navarra en Espagne au guidon de sa 600 cc3, laissant ainsi échapper un double podium pour son team d’endurance.

Emeline Perrier a fait une chute sans gravité en Espagne. Yannick Picard
Emeline Perrier a fait une chute sans gravité en Espagne. (© Yannick Picard)

Après deux années à ronger son frein, la pilote d’endurance Émeline Perrier avait relancé la machine sous la forme d’un galop d’essai, fin 2021 sur le circuit de Magny-Cours (Nièvre). Quelques mois plus tard elle et son team EMT17 (Emeline Moto Team 17) ont engagé deux machines dans le championnat de France d’endurance format Ultimate Cup.

« Nous allons disputer 3 des 5 épreuves que compte ce championnat qui se court « à la française » (deux pilotes par moto N.D.L.R) », explique la Rochelaise. Son team a volontairement fait l’impasse sur les manches du Castellet (Var) et du grand prix d’Alsace, préférant se concentrer sur celle Espagnole de Navarra, du Vigeant (Vienne) et de Magny-Cours.

L’EMT17 ce sont aujourd’hui 16 personnes, mécanos, panneauteurs, team manager, metteur au point et quatre pilotes qui se partagent respectivement les guidons de deux Yamaha 600 cc3.

Moi je suis sur la 116 avec mon mari Jonathan. La 216 est pilotée par Fabrice Philippeau et Hervé Royer. Hervé est un vieux de la vieille. Il nous apporte toute son expérience, notamment avec ses participations aux 24 heures du Mans et de Barcelone », confie Emeline Perrier.

Et de l’expérience il en fallait sur ce circuit espagnol particulièrement bosselé ce 4 juin. Partie de la 29e place sur la grille, la Rochelaise gagnait 10 places à l’issue du premier tour.

« J’ai perdu l’avant »

Avant que la pluie ne vienne jouer les troubles fêtes après seulement 15 minutes de course. « J’ai freiné lorsque j’ai vu le drapeau « changement d’adhérence ». J’étais en pneus sticks. Je pensais sortir au tour suivant. J’ai perdu l’avant », se souvient Emeline Perrier.

Une chute en pleine piste, « heureusement les pilotes ont pu m’éviter. L’airbag s’est déclenché. Je faisais la tortue sur le dos ». La pilote s’en est sortie indemne. Sa machine un peu moins,

le temps qu’elle soit ramenée au stand et les réparations j’ai perdu une bonne demi-heure sur les 4 heures de course. Je suis repartie pas forcément très sereine. Il y avait encore beaucoup d’humidité sur la piste ».

Puis ce sera au tour de son mari Jonathan de faire parler la poudre, alors que la 216 alignait les chronos. En semi-nocturne, cette dernière a franchi le drapeau à damiers à la 3e place, alors que la 116 terminait seulement 3 places derrières. « Sans cette chute nous aurions fait un double podium. C’est certain. Mais bon on apprend toujours de ses erreurs », résume sagement Émeline Perrier.

Le circuit du Vigeant en vue

Mais la Rochelaise ne cache pas ses ambitions quant à l’évolution de son team, « nous préparons déjà l’année suivante avec le projet de courir en 600 cc3 les 24 heures de Barcelone ». Pour cela de nouveaux partenaires restent encore à trouver. Mais avant, rendez-vous du 5 au 7 août sur le circuit du Vigeant pour l’EMT 17 avec la ferme intention de voir ses 4 pilotes monter sur le podium cette fois-ci.


Publicités


article, La Rochelle, Sport, Vie des communes