La Rochelle : un sexagénaire tente d’étrangler sa compagne après une dispute

De retour de Corse en camping-car, un sexagénaire, ancien chauffeur routier, est accusé de violence et de menace sur son ancienne compagne.

Camping Car ©Adobe Stock Illustration
André a tenté d’étrangler sa compagne à bord de leur camping-car suite à une dispute. (©Adobe Stock Illustration)

D’entrée de jeu, André, qui habite La Jarne a planté le décor, « je tiens à préciser madame la présidente que je suis un chauffeur routier à la retraite. Et qu’en 40 ans de conduite je n’ai jamais eu le moindre pépin ».

Cette mise au point étant faite, le tribunal rappelle qu’Hermine, de 4 ans l’aînée du prévenu, et en couple avec lui depuis plusieurs années, a déposé plainte le 4 octobre 2021, suite à des faits qui se sont déroulés à Coulon (Deux-Sèvres).

Début d’étranglement

Le couple revient d’un périple en Corse à bord de leur camping-car. Une dispute éclate. Hermine se plaint de la conduite d’André. Lui voit rouge, « je vais te tuer. J’en ai marre ». L’ancien routier bouscule alors sa compagne dans la cuisine du véhicule et commence à la serrer à la gorge. Hermine se dégage et prend la fuite.

André la rattrape sur le parking et la fait remonter dans le camping-car. « Mais pourquoi être allé la chercher si vous en aviez marre d’elle ? », cherche à comprendre le tribunal. La réponse tombe sous le sens pour le prévenu, « je n’allais tout de même pas la laisser rentrer à pied. Il y avait encore 70 km à faire ». Et de préciser, « c’est comme un enfant lorsqu’il vous casse les oreilles. Alors il faut le secouer ». Stupeur pour le tribunal.

D’autant plus qu’une fois la plainte déposée par Hermine et André entendu par les gendarmes, celui-ci se voit remettre une convocation en justice pour cette audience. Mais rien n’arrête plus André lorsqu’il a enclenché le turbo.

« Il y en aura deux balles : une tour toi et une pour moi »

Le 27 novembre 2021, il laisse un message sur le répondeur de la victime qui a décidé de tailler la route, « je t’ai toujours dit qu’il y aurait un retour de la médaille. Je n’en ai plus rien à foutre. Je sais qu’en avril le tribunal va m’envoyer en prison. Il y en aura deux balles : une tour toi et une pour moi ».

Le Tribunal rappelle que le prévenu n’en est pas à son coup d’essai, même si son casier judiciaire est vierge, « vous avez bénéficié d’une médiation pénale en 2019, pour avoir griffé la poitrine de la victime ». Pour cette histoire de balles, le sexagénaire veut dédramatiser l’affaire, « moi, ma passion c’est le vélo, mais pas les armes ! ».

La partie civile n’en revient pas, « je suis altéré de ce comportement à l’audience. Ma cliente a eu affaire à un véritable tyran domestique. Et à aucun moment aujourd’hui le prévenu ne s’est excusé ».

10 mois de prison avec sursis

À son sujet le ministère public reconnaît, « il n’est pas son meilleur avocat. Cette affaire est plus sérieuse que l’impression que j’en avais eu en étudiant le dossier ». Une peine de 10 mois de prison avec sursis ainsi qu’une interdiction de contact avec la victime sont requises. La défense confie au sujet du caractère de son client, « même avec moi, les rapports sont difficiles. Il ne supporte pas qu’on le contredise ».

André a écopé de 10 mois de prison avec sursis avec interdictions de contact avec la victime, d’approcher de son domicile et de détenir une arme. Il a par contre l’obligation de l’indemniser de son préjudice.


Publicités


article, Faits divers, La Jarne, Vie des communes