La Rochelle. Top14. L’USAP pour confirmer la bonne dynamique du Stade Rochelais

Après deux succès en autant de rencontres de Top14, c’est avec une étiquette d’invincibilité que le Stade Rochelais reçoit Perpignan, ce samedi 17 septembre. Les maritimes tenteront de faire la passe de trois, d’autant plus à Marcel Deflandre.

Cet article est également composé des vidéos de la conférence de presse d’avant match à voir en fin de page.

Après Montpellier et Lyon, le Stade Rochelais tentera de glaner un 3e succès consécutif face à Perpignan. (©Corentin Cousin).

Deux matchs et deux victoires. C’est carton plein en ce début de saison pour le Stade Rochelais. Un sans-faute à confirmer pour les maritimes avec la réception de Perpignan ce week-end. Impressionnant depuis le début du Top14, les hommes de Ronan O’Gara sont en mode champion d’Europe.

Même s’ils se sont fait peur face à Lyon, les maritimes maîtrisent leur sujet. Et face à Perpignan, lanterne rouge, le point de bonus offensif n’est clairement pas à exclure.

La marque du champion

Force de caractère, puissance en mêlée avec notamment Yoan Tanga, la nouvelle arme rochelaise en 3e ligne, le Stade Rochelais envoie un message fort depuis le début de saison à ses concurrents. Et les maritimes auront d’autant plus à cœur de remporter cette 3e journée de championnat qu’ils évolueront sous les yeux de leurs supporters.

La Rochelle n’a certes pas les reines du Top 14, devancé par Toulouse à un point devant, mais les Jaune et Noir tiennent la cadence. Co-meilleur marqueur d’essai avec Matthis Lebel (Toulouse) et Teiva Jacquelain (Bayonne), Dillyn Leyds sera l’une des munitions offensives rochelaises. Sans compter sur Antoine Hastoy, 3e meilleur buteur avec 27 points en 2 matchs.

« Il ne faudra pas tomber dans le piège de prendre ce match à la légère. On se doit de rester humble. Par le passé, on a parfois eu du mal contre des promus ». Jules Le Bail. 

Du côté perpignanais, le ciel est maussade. Deux défaites consécutives et une dernière place au classement. Les hommes de David Marty ne comptabilisent qu’un seul point, celui de bonus défensif glané lors de la première journée sur la pelouse de Pau. Toutefois, La Rochelle, comme d’habitude ne prendra pas ce match à la légère. Et le point de bonus offensif est presque requis.

Mieux gérer les temps faibles

Tout n’est pas si rose, du moins dans le jeu. En effet, face au LOU, La Rochelle a joué à se faire peur en encaissant deux essais en moins de 10 minutes. Relâchement, manque de concentration ou juste creux physique, les joueurs du club à la caravelle, ont eu un trou d’air. Et ce, malgré 70 minutes pleines et de grandes qualités.

On doit encore régler quelques détails comme la discipline, les sorties de camps ou les petits relâchements comme on a pu avoir ». Pierre Bourgarit.

Il faut remonter au mois de mars 2011 pour voir les Maritimes s’incliner face à l’USAP, dans leur antre de Deflandre (16-34). Depuis, seulement deux confrontations se sont déroulées en Charente-Maritime, en 2018 et plus récemment, en avril dernier.

Si la composition de l’équipe devrait être différente des deux matchs précédents, elle n’en restera pas moins compétitive avec le retour du géant Australien Will Skelton. UJ Seutini et Teddy Thomas sont également prêts pour cette rencontre. Tous devraient intégrer le XV titulaire rochelais pour tenter de faire la passe de trois.

(Extrait vidéo) de la conférence de presse d’après match avec Romain Carmignani, Uini Atonio, Pierre Bourgarit et Jules Le Bail. 


Publicités


La Rochelle, Rugby, Sport, Stade Rochelais, Vie des communes