La Rochelle. Thierry au casier judiciaire chargé et violent avec sa femme finit hospitalisé à Marius Lacroix

Ce lundi 25 juillet, le tribunal judiciaire de La Rochelle a ordonné le placement en hôpital psychiatrique de Thierry pour violences et menaces de mort sur son épouse.

camisole-fou-hopital-psychiatrique-Adobe-Stock-illustration
Thierry a été interné d’office à l’hôpital psychiatrique Marius Lacroix. (©Adobe Stock illustration)

En comparution immédiate, Thierry a été présenté à la justice du tribunal de la Rochelle ce lundi 25 juillet. Le quadragénaire dont le casier judiciaire comporte 14 mentions est accusé d’avoir commis des violences sur son épouse et de l’avoir menacé de mort les 17 et 18 juin derniers.

Quatre jours plus tard le tribunal avait ordonné qu’une expertise psychiatrique soit pratiquée sur le prévenu. Alors que dans le même temps, le procureur de la République décidait de son incarcération après avoir ramené à exécution une peine que Thierry avait au-dessus de la tête.

De nombreux passages à l’hôpital psychiatrique

Dans sa cellule de la maison d’arrêt de Rochefort, il est libérable le 16 septembre prochain. De nombreux passages sous contrainte à l’hôpital psychiatrique Marius Lacroix de La Rochelle ponctue la vie du quadragénaire.

Notamment une en 2010, lorsque Thierry avait braqué les gendarmes de Marans avec une arme, alors qu’il résidait chez sa mère à Andilly. Il reconnaît son addiction aux produits stupéfiants, « je prends de l’héroïne car je ne supporte pas la cocaïne ». Tout comme également ne pas prendre son traitement antipsychotique, « je n’en ai pas besoin. Je ronfle juste un peu ».

6 millions d’euro envoyés au Mali

Bref, le tout mis l’un dans l’autre, Thierry fini toujours par déraper. Comme ces 17 et 18 juin, où il est persuadé que son épouse avec laquelle il est marié depuis 9 ans l’a escroqué, « elle m’a pris 6 millions d’euros pour les envoyer au Mali ».

Le couple s’est rabiboché après une parenthèse de deux ans. Mais, « ça fait 9 ans que nous sommes ensemble et 8 ans et 10 mois que je veux divorcer », confie le quadragénaire dans sa logorrhée. Les conclusions de l’expert psychiatre pointent du doigt, « des troubles délirants, une dangerosité psychiatrique avec une altération du discernement au moment des faits ».

La partie civile revient sur les menaces de mort qu’aurait prononcé le prévenu, « tu as une semaine pour me ramener ma carte bancaire, sinon je t’enterre. Vendredi je te tue ». Et de conclure, « il est peut-être irresponsable pénalement, mais il est dangereux ».

Déclaré irresponsable

Le ministère public va dans le sens de l’avocat de la victime, « il ne tourne pas très rond dans sa tête ». Tout en rappelant le double meurtre du centre hospitalier des Pyrénées à Pau en 2014 commis alors par un déséquilibré, le procureur de la République invite le tribunal à s’appuyer sur l’article 706 133 du Code de procédure pénale, « Il déclare la personne irresponsable pénalement en raison d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes au moment des faits. Il prononce, s’il y a lieu, une ou plusieurs des mesures de sûreté ».

Le tribunal a suivi le ministère public. À la fin de sa période de détention, Thierry sera hospitalisé sous contrainte à Marius Lacroix, « une hospitalisation complète et des soins forcés ».


Publicités


article, Faits divers, La Rochelle, Vie des communes