La Rochelle : Ludovic Pacciarella de retour de la zone de conflit en Ukraine témoigne à l’antenne d’AunisTV

Le 10 mars dernier, Ludovic Pacciarella a pris la route en direction de l’hôpital de la ville de Vinnytsia au centre de l’Ukraine, pour aller livrer au volant de sa camionnette 1 200 kg de matériel médical.

Ludovic Pacciarella accompagné de deux réfugéies ukrainiennes Oksana et Macha ©Yannick Picard
Ludovic Pacciarella accompagné des deux réfugiées ukrainiennes Oksana et Macha originaires du centre de l’Ukraine. (©Yannick Picard)
L’officier de liaison du Shtandart, cette réplique d’une frégate russe du XVIIIème siècle souvent présente à La Rochelle, témoignera de son périple humanitaire au cœur des combats à l’antenne d’AunisTV vendredi 18 mars à 17h sur Facebook.

Dix jours auront été nécessaires au préalable à ce marin engagé, pour réunir auprès des pharmacies, des hôpitaux et du laboratoire Bio 17 du matériel médical. « C’est l’horreur », témoignait-il, mercredi 16 mars à son retour vers 18 heures sur l’esplanade Eric Tabarly à La Rochelle.

« C’est de la chair à canon des deux côtés. Une seule vie sauvée, c’est sauver l’humanité »

La grande carcasse du marin tremble et sa voix chevrote, après 6 000 km d’un périple vécu en partie sous les bombardements, « c’est de la chair à canon des deux côtés. Une seule vie sauvée, c’est sauver l’humanité ».

Avant de serrer très fortement dans ses bras Oksana et Macha, une maman résistante Ukrainienne et sa fille âgée de 15 ans qu’il a ramenées de la zone des combats.

« Grâce à Oksana et son réseau de partisans, j’ai pu traverser de nombreux check-points. Je remercie tous ces Victor. Ils s’appellent tous Victor là-bas », confie L’officier de liaison, dont certains membres de son équipage international sont des Ukrainiens et des Russes partis au front.

Oksana remercie l’action de Ludovic Pacciarella. Alors que dans ses yeux et ceux de son sauveur de l’ombre, les images du survol de l’aviation russe et des tirs de missiles en pleine nuit sont prégnantes.

Un projet humanitaire

À peine arrivé, Ludovic, pense déjà à repartir pour l’Ukraine. Tout en posant un cadre, « il faut créer une plateforme avec un numéro vert. Tout le monde fait n’importe quoi. Il faut faire quelque chose d’efficace ».

À l’antenne d’AunisTV dans une émission spéciale, Ludovic Pacciarella, reviendra sur son périple mais évoquera surtout son projet d’aide au peuple Ukrainien, qu’il souhaite mettre en place avec la Ville de La Rochelle, son centre d’action communal et social (CCAS) et tous les soutiens à la cause de ce pays dévasté par la guerre.

Une amie dit de lui, « Ludovic m’a téléphoné la veille de son départ pour me demander si je n’avais pas un gilet pare-balles à lui prêter ». Et d’essayer de tirer un brin de sourire à cette grande carcasse pétrie d’humilité, « des fois il est à l’Ouest, mais là il est bien parti à l’Est ».

C’est aussi et peut-être surtout cela, Ludovic Pacciarella, homme de liaison et d’humanité entre les peuples.


Publicités

Vous aimerez peut-être lire aussi


article, Société, Vie des communes