La Rochelle. Le navire russe anti-Poutine, main dans la main avec « Aidons l’Ukraine 17 »

Depuis le 8 juin dernier, le Shtandart est amarré à La Rochelle. Malgré son engagement pro-Ukrainien et sa relation avec l’association Aidons l’Ukraine 17, une manifestation de réfugiés s’est déroulée pour protester contre sa présence.

L’article est accompagné d’un reportage vidéo.

Le Shtandart est à La Rochelle depuis le 8 juin dernier. (©Ludovic Sarrazin).

Le Shtandart, est de retour dans le bassin des Chalutiers de La Rochelle depuis le 8 juin dernier. Interdit dans de nombreux pays en raison de son pavillon russe, la frégate a obtenu les autorisations d’accoster en France.

Du moins à La Rochelle, car l’équipage n’a pas toujours été le bienvenu dans d’autres villes de l’hexagone. « Le bateau était attendu à la semaine du vin à Bordeaux, mais c’est annulé. C’est pour cette raison que le navire est de retour à La Rochelle… mais vu l’accueil qu’il a… c’est un peu tendu », indique Jean-Baptiste Dagreou, trésorier de l’association Aidons l’Ukraine 17.

Des manifestants ukrainiens remontés

En effet, comme l’évoque Jean-Baptiste Dagreou, un comité d’accueil ukrainien a manifesté contre le venu de ce navire. La raison : son pavillon russe. Mais, il faut savoir que son Capitaine, Vladimir Nautus est une Russo-Ukrainien anti Poutine. Ce qui lui vaut d’ailleurs d’être persona non grata en Russie. Alors même que le port d’attache du Shtandart est Saint-Pétersbourg.

Voir le reportage.

C’est compliqué pour ce bateau qui bat le pavillon russe, car c’est tout simplement sa carte d’identité. Toutefois, son équipage est international et son Capitaine a la moitié du sang russe et l’autre moitié ukrainien. On peut comprendre les gens qui manifestent contre un drapeau… contre un pavillon, ce n’est pas évident. L’équipage est mal à l’aise et le Vladimir a dû mal à le vivre. Il ne faut pas oublier que toute sa famille est restée en Ukraine sur le front pour se battre. Sa sœur a pris une roquette dans sa maison, pas plus tard qu’hier. (le 11 juin). » Jean-Baptiste Dagreou.

Une atmosphère tendue sur le quai entre les manifestants et le Capitaine de la frégate. Mais le fonctionnement de ce navire est un peu particulier. Il a besoin des dons des gens et des visites des touristes pour vivre et nourrir les gabiers.

Le bateau ne vit exclusivement que des dons. C’est-à-dire que les membres de l’équipage ne mangent qu’en raison des visites des gens et que ces derniers mettent 10 ou 20 euros dans une cagnotte commune. Ils n’ont pas de salaire et ils ne sont pas soutenu pas un gouvernement comme beaucoup le pensent ».

Convoi en cours de préparation

L’association Aidons l’Ukraine 17, présent sur le Shtandart, est en pleine préparation d’un prochain convoi humanitaire qui devrait partir fin juillet, début août. L’objectif est d’apporter des ressources nécessaires, même si parfois, ces dernières sont mortuaires.

On a besoin de médicaments, donc n’hésitez à faire des dons, même s’ils sont périmés. Et on va emmener des objets qu’on nous demande aux derniers moments que l’on est obligé d’acheter à la dernière minute. Parfois, c’est morbide, cela peut être des sacs mortuaires ou encore des garrots tourniquet. C’est du matériel de guerre ».

Un convoi dans lequel seulement deux personnes partiront. Et ce, pour une raison simple : éviter à tout prix le danger.

En l’occurrence, c’est Ludovic, le vice-président, accompagné de Christophe, une personne très aguerrie et qui est surtout capable de détecter et gérer le danger ».

Il faut compter un budget d’environ 4 000 euros pour ce type de convoi. Mais Jean-Baptiste prévoit toujours plus, à hauteur de 10 000 euros, car il y a toujours un besoin de matériel de dernières minutes à l’image des sacs mortuaires par exemple. C’est déjà le troisième convoi pour l’association, et malheureusement pas le dernier.

On aimerait que ce soit le dernier, car ce serait bon signe. Mais on sait pertinemment que même si la guerre s’arrête ils auront encore besoin de vivre ».

Ce voyage humanitaire est soutenu par la présidente des bâtonniers du barreau de La Rochelle et Rochefort ainsi que les avocats. Ces derniers organisent différentes actions depuis le début de la guerre en Ukraine afin d’apporter leur aide aux réfugiés ukrainiens.

Nous avons répondu à l’invitation du cocktail caritatif pour aider les réfugiés ukrainiens en permettant le départ de ce convoi humanitaire ». Catherine Cibot-Degommier.

Et eux aussi ont constaté la manifestation des Ukrainiens sur le quai. Ils ont d’ailleurs été surpris par ce comité d’accueil fait par les réfugiés.

Je suis un peu étonné par le fait que l’on puisse se faire agresser. Alors je comprends le contexte de ce bateau, mais le Capitaine possède une situation particulière. Notre objectif est de soutenir les réfugiés ukrainiens ».

La présence Shtandart, seule réplique navigante de la frégate russe du XVIIIe siècle, fait débat. Si l’eau n’a pas encore coulé sous les ponts, l’accostage du navire fait couler de l’encre.


Publicités


La Rochelle, Société, Vie des communes