La Rochelle. Avec la canicule, comment bien choisir sa crème solaire ?

Avec la canicule, le soleil s’installe dans notre quotidien, et avec lui, la tentation d’en profiter. Mais, sans crème solaire, votre peau peut fortement s’abimer. Voici quelques conseils pour bien choisir votre crème solaire.

Le choix de la crème solaire fait toujours débat avant le départ en vacances. (©AdobeStock/Illustration)

Quand on choisit sa crème solaire, il faut adopter quelques réflexes. Le premier : repérer le facteur de protection. Un indice essentiel qui va vous permettre de mieux vous situer sur l’échelle du coup de soleil.

Selon l’UFC-Que Choisir, cette donnée est même essentielle. « Il évalue la capacité du produit à retarder l’agression des UVB sur la peau ». Ainsi, plus votre peau est claire, plus l’indice doit être important. Il existe d’ailleurs plusieurs catégories de protection, de 6 à 10 jusqu’à 50 et plus.

Après cette première vérification, les affaires se compliquent mais ne vous inquiétez pas, l’équipe d’AunisTV vous accompagne en 3 points et vous explique tout à ce sujet.

Trouver un indice adapter

Il existe désormais quatre catégories de protection et huit indices, aussi appelés FPS (facteur de protection solaire). Les indices 6 et 10 correspondent à une protection « faible » ; à 15, 20 et 25, on passe à la protection « moyenne ».

La « haute protection » correspond aux indices 30 et 50 tandis qu’à 50+, on atteint la « très haute protection ». En revanche, les expressions telles que « écran total » ont été interdites car aucune crème ne filtre 100 % des rayons ultraviolets (UV) du soleil.

Hormis le cas particulier des enfants, l’indice adapté dépend de votre type de peau : les plus élevés conviennent aux carnations très claires avec des yeux bleus ou verts et des cheveux blonds ou roux ; les peaux mates qui ne connaissent pas le coup de soleil se contenteront d’une faible protection », selon UFC-Que Choisir.

Pour choisir en connaissance de cause, rien de tel que de savoir à quoi correspondent réellement les indices. Ils reflètent la transmission à la peau des UV selon la formule : 1/indice.

Autrement dit, avec une crème indice 6, la quantité d’UV transmise sera de 1/6, soit 16,6 % ; avec une crème d’indice 50, elle sera de 2 %. Il est donc important de lire la notice et les ingrédients.

Certaines applications mobiles comme Yuka, permettent de connaître instantanément la composition d’un produit et sa toxicité pour la biodiversité marine et la santé. Par exemple, si vous lisez des ingrédients comme l’éthylhexyl méthoxycinnamate ou l’octocrylène, ce n’est pas vraiment bon signe !

Et pour les enfants ?

L’indice choisi doit être le plus élevé possible, car l’exposition au soleil sans protection pendant l’enfance est un facteur de risque de cancer cutané à l’âge adulte.

Mais, doit-on opter pour une crème solaire « spécial enfant » ? Pour l’association de consommateurs, « certes, il y a une part de marketing dans les mentions relatives aux enfants qui sont souvent synonymes de prix à la hausse. Mais notre dernier test de crèmes solaires pour enfants nous a permis de constater que les allergènes étaient quasiment absents. »

Il semble donc que les fabricants veillent à proposer des formules plus sûres pour leurs gammes destinées aux plus petits. De plus, un adulte peut aussi utiliser une crème pour enfants sans inconvénients.

S’orienter vers une pharmacie

Pour calculer un indice, les fabricants utilisent les UVB. Ce sont les rayons ultraviolets les plus « méchants » à court terme et les  premiers responsables des coups de soleil.

Mais les UVA sont eux aussi redoutables : s’ils ne laissent pas de traces visibles, ils sont tout aussi impliqués dans la genèse des cancers cutanés.

La réglementation impose donc depuis 2006 que les crèmes protègent contre les deux types d’UV, avec un rapport de 1 à 3 : une crème qui affiche un facteur de protection solaire (FPS) de 30 devra garantir une protection contre les UVA d’indice 10″, rappel l’UFC-Que Choisir.

En cas de doute, il ne faut pas hésiter à se rendre en pharmacie. Le choix de la crème solaire n’est pas anodin et peut sauver votre santé. C’est aussi le gage de vacances réussies ! Et sans coup de soleil.


Publicités


article, La Rochelle, Santé, Vie des communes