Inédit et innovant, La Flotte-en-Ré ouvre ses premiers logements à bas coût et solidaire

Ce mardi 15 mars, La Flotte-en-Ré a inauguré un programme de 5 maisons individuelles, porté par Maisons Prim’Access, constructeur engagé en faveur de l’accession sociale et Terra Noé, organisme de foncier solidaire en Nouvelle-Aquitaine. Une première en Charente-Maritime.

Un reportage vidéo accompagne cet article à voir en fin de page

Sans ce système de Bail Réel Solidaire, Julia et Benjamin Nicklaus n’auraient jamais pu devenir propriétaires sur l’Île de Ré. (© Corentin Cousin).

La commune de La Flotte-en-Ré a inauguré, ce mardi 15 mars, 5 logements, 2 T3 et 3 T4 qui viennent trouver leurs nouveaux propriétaires. Des propriétaires un peu spéciaux puisqu’ils ont bénéficié d’un dispositif inédit et innovant : le Bail Réel Solidaire (BRS).

Propriétaire des murs, mais pas du terrain

Ce dispositif novateur, une première dans le département, permet à des ménages, plutôt modestes, de devenir propriétaires dans des zones où les prix de l’immobilier sont très élevés, comme c’est le cas dans l’île de Ré.

« Les acquéreurs sont propriétaires des murs, mais ils sont locataires du terrain. En dissociant le foncier du bâti, cela permet de faire baisser de prix du bien pour les acheteurs. Ils sont alors sur un Bail Réel Solidaire de 99 ans rechargeables à chaque accédant ». Ophélie Hilaireau.

Toutefois, les néo-propriétaires ne sont pas choisis par hasard. « Actuellement, on constate qu’un ouvrier ou employé, travaillant et habitant dans l’île peine à se loger. À travers ce type ce dispositif, on est sur des logements qui vont entre 189 000 et 213 000 euros », la directrice de Prim’Access.

Une forte demande

Au total, ce sont plus de 200 candidatures qui ont été recensées pour seulement 5 logements. Une forte demande qui s’explique par le fait que de nombreux Rhétais soient obligés de sortir de l’île pour pouvoir se loger.

Parmi les heureux élus, un jeune couple, Julia et Benjamin Nicklaus qui, sans ce dispositif, n’aurait jamais pu se permettre de bénéficier d’un logement à eux.

« On a découvert ce projet via des amis, eux aussi propriétaires. On s’est inscrit au programme il y a un peu plus de 2 ans et c’était le seul moyen pour nous d’être propriétaire en restant sur l’île de Ré ». Julia et Benjamin Nicklaus.

Une maison de 86 mètres carrés sur un étage, avec 3 chambres. Alors comme l’a indiqué Ophélie précédemment, Benjamin et Julia louent le terrain sur lequel leur maison est bâtie, à un prix, lui aussi, défiant toute concurrence.

« On loue le terrain environ 130 euros par mois, une somme qui est fixée par l’État ».

Si La Flotte-en-Ré inaugure les premiers logements avec ce système de Bail Réel Solidaire, Prime’Access et Terra Noé compte bien développer ce dispositif.

« D’autres projets sont à venir, notamment sur Sainte-Marie-de-Ré avec 54 logements, mais aussi sur l’Île d’Oléron et à L’Houmeau « , précise Ophélie.

Un terrain qui, ici en l’occurrence, a été acheté 100 euros le mètre carré pour le plus cher. Et c’est donc Terra Noé, organisme foncier solidaire en Nouvelle-Aquitaine, qui en est le propriétaire. Toutefois, les propriétaires des murs du logement sont libres de vendre à tout moment.

Un nouveau dispositif qui permet donc à de jeunes couples, notamment , de se lancer dans leur premier achat immobilier. Un moyen également pour les différentes communes, comme La Flotte-en-Ré, de dynamiser la ville et de faire en sorte qu’elle soit plus attractive, en dehors de la saison estivale.


Publicités

Vous aimerez peut-être lire aussi


Île de Ré, La Flotte en Ré, Société, Vie des communes