Covid-19 en Charente-Maritime : tous les indicateurs prévoient un été contaminé

Depuis plusieurs semaines, les indicateurs du Covid-19 virent au rouge. Une reprise épidémique qui se ressent par la hausse des nouvelles contaminations. La 7eme vague va-t-elle déferler sur la Charente-Maritime ?

Le virus circule toujours en Charente-Maritime.(© Adobe Stock)

La 7e vague arrive ! L’épidémie de Covid-19 repart à la hausse en Charente-Maritime et rien ne laisse présager une amélioration de la situation dans les prochains jours. Au contraire. Le rebond épidémique est national. En un mois, le nombre de cas quotidiens a été multiplié par 2,5, en passant de 20 000 contaminations à plus de 50 000.

«Les contaminations augmentent, a reconnu Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement, le 23 juin sur France Info. De son côté, Emmanuel Macron a affirmé «ne pas exclure de nouvelles mesures d’urgence sur l’épidémie», alors que la durée de validité du passe sanitaire arrive à sa fin le 31 juillet.

Dans le département, le taux d’incidence a repris son envol. En à peine une semaine, il a augmenté de près de 50 %. De nouveaux variants seraient à l’origine de cette situation devenue inquiétante notamment pour nos établissements de santé et leur personnel.

Des prévisions contrastées

Depuis le début du mois de juin, de nouveaux variants ont relancé l’épidémie de Covid-19 en France et plus particulièrement en Charente-Maritime. Le taux d’incidence va bientôt de nouveau passer la barre des 500 cas (455.74 cas) par semaine pour 100 000 habitants, soit une hausse de presque 50 % sur les 7 derniers jours.

On recense dans le département 821 cas positifs en une semaine. Ces chiffres ne sont pas sans nous rappeler la situation épidémique au début du mois de décembre 2021, au début de la vague précédente.

Si la contagiosité est plus grande, l’intensité serait plus faible, « moins virulente » selon les spécialistes. Mais l’inquiétude se porte avant tout sur nos services hospitaliers.

Le nombre de nouvelles hospitalisations quotidiennes augmente également en Charente-Maritime, de plus de 50 % en une semaine, poussé par la propagation des variants BA.4 et BA.5, mutations d’Omicron, venues tout droit d’Afrique du Sud.

Les deux variants sont désormais majoritaires à 64% sur le territoire français et risquent de jouer les trouble-fêtes cet été. Le taux de positivité est de 28 % en ce moment. Plus de 23 % de plus qu’il y a 7 jours.

De nouvelles mesures restrictives ?

La tension hospitalière est, elle aussi, touchée par ce rebond épidémique. 12 % des lits de réanimation sont actuellement occupés par des patients Covid-19, soit plus du double par rapport à la semaine dernière, et 99 personne sont toujours hospitalisées dans le département.

Toutefois, les patients admis en soin critique sont moins fréquents. Une bonne nouvelle qui pourrait permettre au gouvernement de prendre du recul sur cette nouvelle vague même si la Charente-Maritime n’est pas forcément le reflet de la situation au niveau national.

Par ailleurs, ces deux nouveaux variants arrivent avec leur lot de surprises, et surtout, de nouveaux symptômes. Par exemple, les personnes contaminées par BA.4 et BA.5 souffrent plus facilement de nausées, vomissements, douleurs digestives. Sans oublier le retour en force d’anciens symptômes comme la perte du goût et de l’odorat.

Alors, le gouvernement risque-t-il d’imposer de nouvelles mesures dans les prochaines semaines ? La ministre a jugé qu’à ce stade : « les mesures actuelles suffisent si chacun s’y met».

Les débats seront bientôt ouverts à ce sujet à l’Assemblée nationale alors que le gouvernement tente à tout prix d’éviter celui sur le pass sanitaire maintenant qu’il ne dispose plus de la majorité absolue. Pour autant, il sera difficile d’esquiver les questions sur sa gestion de la crise sanitaire.


Publicités


article, La Rochelle, Santé, Société, Vie des communes