A Saint-Jean-de-Liversay, le groupe Leuké accélère sur la formation de ses collaborateurs

D’ici 2023, le groupe Leuké, implanté à Saint-Jean-de-Liversay et spécialiste de la découpe du bois, souhaite ouvrir une école au sein de son groupement d’entreprises pour former ses nouveaux collaborateurs.

Cet article est accompagné d’un reportage vidéo.

Le groupe Leuké possède trois sociétés. (©AntoineColin)

Avec 3 sociétés à gérer, le groupe Leuké a besoin de collaborateurs pour faire tourner son groupement d’entreprises. Pour cela, il a eu une idée : développer une école en interne.

Depuis la crise sanitaire, le secteur manque de main-d’œuvre. Alors, pourquoi ne pas provoquer le destin ? Son projet d’école semble être la solution parfaite pour arriver à trouver de nouveaux candidats.

Voir le reportage vidéo.

Son objectif ? Former ses nouveaux collaborateurs en assurant un suivi personnel et professionnel.

Un travail d’accompagnement

En 2023, le groupe souhaite ouvrir une école pour former les nouveaux collaborateurs qui sont déjà recrutés de manière quotidienne. Une idée apparut à la suite de problématiques liées au recrutement rencontrées depuis plusieurs années.

Notre stratégie est d’essayer de conserver les collaborateurs qui entrent dans nos entreprises. Et cela passe par un accompagnement de tout instant, que ce soit personnel ou professionnel, ou encore par la formation, explique Théo Amsellem, directeur adjoint du groupe Leuké

Ainsi, lorsqu’un nouveau collaborateur entre dans une des entreprises, au bout d’un mois, les responsables font un premier bilan sur son intégration  » pour voir s’il respecte les valeurs du groupe ».

Si ces valeurs sont respectées, on continue le programme de formation pour les former sur leur métier à travers 3 évaluations. La première au bout de 5 mois, la deuxième au bout de 9 mois et la dernière au bout d’un an, ajoute Théo Amsellem.

Plusieurs types de profils sont proposés durant cette formation  » et ils s’apparentent à tous nos métiers », précise Marie Vial, responsable RH du groupe. Au total, les 3 sociétés regroupent entre 15 et 20 métiers autour du bois.

Cela peut être des métiers techniques à la scie, en foresterie avec du bucheronnage ou du pilonnage sur site », détaille Marie Vial.

Des formations théoriques comme dans l’assistanat commercial ou les ressources humaines sont aussi possibles. Toutes ces formations sont données selon les caractéristiques personnelles du collaborateur et rien n’est définitif.

Au contraire. Il sera permis de commencer une formation et avoir une passerelle pour ensuite aller vers une autre.

Une formation ouverte à tous

Dans ce projet d’école, le groupe Leuké ne se jette pas dans l’arène sans réfléchir puisqu’il fait déjà de la formation en interne avec ses propres employés.

En 4 ans, on a formé 51 personnes dont 47 personnes ont été au bout de la formation avec un titre reconnu dans le secteur de la découpe du bois », se réjouit la responsable des ressources humaines.

Mais, cette fois-ci, sa volonté est « d’intégrer de nouveaux collaborateurs via de la cooptation ou du recrutement sur leur savoir ».

Après, on les formera en interne. L’objectif est vraiment de leur apporter un métier qui sera reconnu dans tous les domaines du bois que ça soit chez nous ou en externe », précise Marie Vial.

D’après le directeur adjoint, environ une quinzaine de personnes est formée par an « avec un système de tutorat en interne ».

Chaque nouveau collaborateur recruté est affilié à un recruteur qui l’accompagne tout au long de la formation. Elle dure entre 6 et 12 mois », conclut Théo Amsellem.

Cette école sera bien évidemment ouverte à tous et à toutes. Elle cherche justement à attirer des profils qu’on ne retrouve pas habituellement dans le métier du bois.

D’ailleurs, le groupe Leuké a réussi à apporter de la parité au sein de ses effectifs et féminiser les postes. Sur les 51 formations, 17 femmes ont été formées et sont actuellement toujours en poste.


Publicités


Economie, Emploi, Saint Jean-de-Liversay, Vie des communes