A La Rochelle et Rochefort, les coiffeurs obtiennent le droit de travailler le dimanche

Depuis le 25 avril, les coiffeurs de Rochefort et de La Rochelle ont le droit d’exercer le dimanche. Si cette décision ne change pas beaucoup leurs habitudes, ils sont désormais tous logés à la même enseigne.

Depuis 1962, les coiffeurs de La Rochelle et de Rochefort étaient les seuls à ne pas pouvoir travailler le dimanche. (©AdobeStock/Illustration)

Les coiffeurs de La Rochelle et Rochefort peuvent désormais travailler le dimanche. Le 25 avril dernier, la préfecture de la Charente-Maritime a fait abroger de vieux décrets datant de 1962 et 1964 qui leur imposaient jusque-là cette fermeture hebdomadaire par un arrêté préfectoral.

Pour autant, l’objectif n’était pas de faire travailler les coiffeurs rochefortais et rochelais tous les dimanches, mais de leur permettre de pouvoir ouvrir à la fin de la semaine comme tous leurs collègues du département.

Au premier abord, cette affaire peut paraître anecdotique, et pourtant, elle ne l’est pas. Pourquoi ? En 2023, les 24 et 31 décembre tomberont un… Dimanche. Deux jours pendant lesquels les responsables de salon de coiffure doublent leur activité.

 « Les coiffeurs n’auront plus besoin d’appeler le maire ou le préfet »

Les règles ont changé et Thierry Randon, président de l’Union nationale des entreprises de coiffure de Charente-Maritime (Unec 17) ne peut que s’en réjouir à présent. Depuis les années 60, les coiffeurs de Rochefort et La Rochelle n’avaient plus l’autorisation d’exercer dimanche et ils étaient les seuls en France.

Pourquoi ? À l’époque, il n’y avait pas de syndicat départemental et c’est l’association des coiffeurs de Rochefort et de La Rochelle qui avait demandé ce décret avec les syndicats ouvriers. Une lutte sociale qui ne semble plus trouver sa place dans la conjoncture actuelle.

Je n’ai pas fait tomber ces deux décrets pour que le coiffeur ait le droit de travailler le dimanche. Non. Ça ne pose aucun problème aux coiffeurs de manière générale de ne pas travailler le dimanche… L’objectif de l’abrogation de ces décrets était plutôt de permettre aux coiffeurs de La Rochelle et Rochefort de pouvoir ouvrir le dimanche s’ils en ont envie comme tous les autres coiffeurs du département », explique Thierry Randon.

Pour les coiffeurs qui souhaiteraient aller contre ces arrêtés, il faut savoir qu’ils risquaient une amende et quinze jours de fermeture administrative. Aujourd’hui, la situation a changé et cette forme d’injustice qui ne touchait pas les collègues des autres communes du département a été totalement supprimée.

Avant cela, des dérogations de dernière minute permettaient le plus souvent de lisser les colères, mais au prix de démarches administratives longues et fastidieuses.

Dans la plupart des cas, le préfet nous autorisait évidemment de travailler, mais on reste en France, et administrativement, un coup de téléphone ne suffit pas, il fallait faire de la paperasse. Aujourd’hui, rien n’a changé, la seule différence est que les coiffeurs n’auront pas besoin d’appeler monsieur le maire pour travailler les jours du 24 et du 31 décembre et le maire n’aura pas besoin d’appeler le préfet », ajoute le coiffeur.

Les démarches entreprises par le président de l’Unec ont pris 18 mois. Le coiffeur rochefortais n’a rien lâché et voulait absolument obtenir l’aval des partenaires sociaux et les chambres consulaires.

À l’époque, pour travailler, il fallait qu’un coiffeur connaisse le maire de La Rochelle ou de Rochefort pour lui demander de contacter le préfet pour obtenir une dérogation spéciale, mais dans la plupart des cas, les coiffeurs ne sont pas ouverts le dimanche. En revanche, ça posait un gros problème quand le 24 et le 31 décembre tombaient un dimanche. À ce moment, tous les coiffeurs voulaient travailler le dimanche. C’était une injustice vis à vis des autres coiffeurs », détaille le président de l’Unec 17 .

Grâce à lui, les coiffeurs de La Rochelle et Rochefort n’ont donc plus à solliciter le bon vouloir des autorités publiques pour ouvrir boutique les dimanches. Une bonne nouvelle surtout quand on sait que le 24 et le 31 décembre 2023 tombent un dimanche. Finis les dérogations spéciales de dernière minute !

Des règles bien définies

Pour ouvrir les dimanches 24 et 31 décembre 2023, les coiffeurs de La Rochelle et Rochefort n’auront donc pas à demander de dérogation. C’est acquis. Rien ne les empêche, non plus, d’ouvrir d’autres dimanches dans l’année, à titre personnel.

Toutefois, tout salon de coiffure qui voudra ouvrir le dimanche en 2023 notamment les 24 et 31 décembre, sera quand même dans l’obligation, s’il veut faire travailler son personnel, de le demander à la préfecture et obtenir un accord social.

On n’a toujours pas le droit de travailler le dimanche puisqu’on doit tous avoir deux jours consécutifs de repos dans la semaine. C’est la loi ! », rappelle Thierry.

Concernant le réveillon de Noel et la Saint-Sylvestre, les coiffeurs pourront donc exercer mais ils devront obtenir une dérogation pour faire travailler leurs employés. De son côté, Thierry Randon a prévu d’anticiper.

Au mois de septembre, il fera une demande globale à la préfecture pour tous les salons – adhérents à l’Unec 17- qui voudront travailler ces jours là avec leurs employés. Les autres devront faire une demande personnelle.


Publicités


article, La Rochelle, Rochefort, Société, Vie des communes