Surgères. Un agriculteur excédé tire au fusil de chasse sur des voleurs de gasoil

De nouveau la cible de voleurs de gasoil, Philippe, agriculteur sur la commune de Surgères, n’a pas hésité à faire feu avec son fusil de chasse sur deux hommes.

vol de gazoil agriculture Surgères ©Adobe Stock illustration
Les deux hommes, voleurs de gasoil chez un agriculteur de Surgères, ont fini en prison. (©Adobe Stock illustration).

Deux trentenaires de la communauté des gens du voyage installés sur le camp de la Rosière à Surgères ont été présentés devant la justice ce mercredi 27 juillet pour être jugés en comparution immédiate.

Les casiers de l’un et de l’autre comporte plus de 20 mentions, prononcées pour des vols, des escroqueries, délits routiers et des évasions à l’issue de permissions de sortir lorsqu’ils étaient incarcérés. Aucun des deux ne travaillent et n’expriment le souhait de se retourner les manches, « c’est pour ça que l’on vole Monsieur le président ».

Le 23 juillet, Georges prends le volant d’une Citroën C3 qu’il a acheté pour pièces, mais pas assuré et alors qu’il n’a pas le permis. Avec son beau-frère Jonathan qui a bu 3 litres de bière et un de vodka, il décide de ramener un membre de la communauté à Beauvais-sur-Matha.

Surpris en train de siphonner du gasoil

À peine partis du campement de la Rosière, par peur de tomber en panne de gasoil, ils s’arrêtent près de la ferme de Philippe. Alors que celui-ci est absent sa mère âgée de 86 ans entend du bruit. Elle surprend Jonathan en train de siphonner du gasoil sur un des tracteurs de l’exploitation. Le trentenaire prend la fuite. Il arrache des mains le téléphone portable de Jacqueline qui prenait en photo l’immatriculation de la voiture.

Entre-temps son fils avait été prévenu de l’intrusion par les caméras de surveillance qui équipent sa ferme, « j’ai déjà été victime d’un vol de carburant en 2017 ». Il arrive au moment ou le trio repasse devant la ferme à bord de la C3.

Philippe sort alors de son coffre une puissante arme de chasse au chevreuil et tire à deux reprises sur le véhicule, « je visais par terre ». Les projectiles atteignent l’alimentation du réservoir et stoppent net la course de la voiture. Les trois occupants prennent la fuite, « nous avons eu très peur. Quand il a tiré nous avons baissé la tête ».

Défoncer le plafond à coup de hache

Les gendarmes auront beaucoup de mal à les interpeller. Georges et Jonathan seront délogés des combles de la maison de la sœur de l’un des deux où ils s’étaient réfugiés, après que les forces de l’ordre aient dû faire usage de gaz lacrymogène et défoncer le plafond à coups de hache. « Ils étaient morts de touille », explique l’avocat d’un des deux prévenus. 

Ce vol de 20 litres de gasoil n’est pas l’affaire du siècle, mais pour le ministère public, « le tribunal devra prendre en compte les casiers judiciaires des prévenus. Une peine de 18 mois de prison ainsi qu’un mandat de dépôt sont requis à l’encontre de Jonathan. Deux mois de moins également avec un mandat de dépôt le sont pour Georges.

La défense de celui plaide un travail d’intérêt général. Car Georges assure vouloir enfin, « se mettre au travail ». Sans succès, le trentenaire a écopé de 12 mois de prison dont la moitié avec sursis. Il a été placé sous mandat de dépôt. Tout comme son beau-frère, afin de purger les 18 mois de prison auxquels il a été condamné. En colère il a déclaré vouloir faire appel de cette nouvelle condamnation.


Publicités


article, Faits divers, Surgères, Vie des communes