Sainte-Soulle. Des familles Ukrainiennes regagnent leur pays

Plusieurs mères de famille et leurs enfants, réfugiés de la guerre en Ukraine et après 5 mois d’exil, sont repartis le 17 août de Sainte-Soulle à destination de la ville de Lviv.

De Sainte Soulle, des familles ukrainiennes rentrent au pays par bus. ©Yannick Picard
De Sainte Soulle, des familles ukrainiennes rentrent au pays par bus. (©Yannick Picard)

Une ambiance étrange régnait sur le parking de la mairie de Sainte-Soulle à la mi-journée de ce mercredi 17 août. Des sourires, de grandes embrassades, des larmes et un bus immatriculé en Ukraine plantaient ce décorum, synonyme de retour au pays pour 20 femmes et leurs enfants Ukrainiens après 5 mois passés en familles d’accueil.

Depuis 2011, un lien fort uni la Charente-Maritime et plus particulièrement la commune de Sainte-Soulle avec l’Ukraine. Avec pour fil rouge l’association « Les joyeux petits souliers », créée il y a plus de trente ans, avec pour point d’orgue une école de danse à Livl, ville de 900 000 habitants situées à l’ouest de l’Ukraine, à environ 80 km de la frontière Polonaise.

Un retour « forcé »

11 bus ont fait la navette entre Lviv et la France au travers des 8 antennes que compte l’association sur le territoire. Le temps a passé et l’administration Ukranienne s’est manifestée en mai dernier auprès de ses réfugiés. « Les mères de famille ont reçu un courrier de l’État Ukrainien leur expliquant qu’il fallait qu’elles se présentent en Ukraine, faute de quoi elles risquaient de perdre leur emploi. Il n’y a pas réellement de fonctionnaires là-bas », indique Adeline Robillard, présidente de l’association Charente-Maritime Ukraine et agent de la mairie de Sainte-Soulle.

Des familles ont déjà regagné Lviv à l’aide de minibus entre juin et juillet.

Retourner en Ukraine reste très compliqué. C’est une histoire de choix. La population de Lviv est passée de 900 000 à 1,5 million d’habitants. Beaucoup de personnes ont afflué de l’est du pays. Le coût de la vie a été multiplié par 4. Ils savent à quoi ils s’attendent », explique la présidente de Charente-Maritime Ukraine, qui ne juge pas les choix des uns et des autres.

Le bus également chargé de vivres et de matériel d’urgence, a pris la route à midi ce 17 août pour un périple de deux jours. Il fera monter à bord en France d’autres réfugiés ayant fait le choix de rejoindre la ville de Lviv. Pour permettre le passage de la frontière sans encombre, Adeline Robillard a remis aux deux chauffeurs un laissez-passer humanitaire qu’elle a elle-même rédigé.

Culture et humanité

L’association « Les joyeux petits souliers », est intégralement financé grâce aux recettes des tournées en France des spectacles de danses et chants ukrainiens. « Nous travaillons avec cette association depuis 2011 », confie Adeline Robillard.

Alors lorsque le conflit a débuté, le 24 février dernier, c’était le branle-bas de combat à la mairie du village. « Le maire Bertrand Ayral m’a tout de suite demandé s’il fallait faire quelque chose. Il a mobilisé une équipe avec son poste de vice-président de l’agglomération Rochelaise à la mobilité », poursuit Adeline Robillard. Kéolis et la Régie des transports collectifs rochelais s’étaient associées, à la demande de l’association Charente-Maritime Ukraine, pour rapatrier une centaine d’Ukrainiens à Sainte-Soulle.

Association « Les joyeux petits souliers »

Publicités


article, Sainte Soulle, Société, Vie des communes