Saint-Xandre. Un nouveau coup de chauffe pour les cognacs Godet ?

L’installation prévue de la société de spiritueux Godet dans un hameau de la commune souffle le chaud et froid, encore plus ces derniers jours.

Les-amis-de-la-Sauzaie-en-manifestation-contre-le-projet-Godet-en-juin-2021
Les amis de la Sauzaie en manifestation contre le projet Godet en juin 2021. (©Yannick Picard).

La famille Godet, bien connue dans le négoce des eaux-de-vie de cognac, réussira-t-elle à transférer ses chais du quartier de Laleu à La Rochelle vers le château de la Sauzaie qu’elle a racheté le 7 février 2017 lors d’une vente aux enchères ?

Le site est séduisant. Les Godet se sont engagés à restaurer le château qui servit notamment de résidence au Cardinal de Richelieu. Tout en construisant dans le parc leur nouveau site d’assemblage d’eaux-de-vie.

Le premier vignoble Français de cognac en biodynamie

La parcelle identifiée en zone naturelle est passée dans le nouveau plan local de l’urbanisme intercommunal (PLUI), en zone industrielle. Au grand damne d’une partie des riverains qui depuis est vent debout contre le projet et s’est constituée en association. « À la Sauzaie il y a environ 400 habitants. Nous sommes 80 dans l’association », explique Michel Clabaux, le président des Amis de la Sauzaie.

Tous ont écouté Cyril Godet le directeur commercial de l’entreprise le 12 septembre 2020 lors d’une réunion publique dans le parc du château, « Notre volonté est de créer le premier vignoble Français de cognac en biodynamie. Le projet a une implication environnementale maximum et son intégration paysagère fondamentale ».

Si le projet va au bout, ce sont 2 chais de vieillissement, un site d’embouteillage, trois lieux d’entreposage et des bureaux qui sortiront de terre sur une surface de 3 500 m2.

Des risques d’incendies pointés du doigt

Car six mois en arrière, les Amis de la Sauzaie ont attaqué le permis de construire devant le tribunal administratif de Poitiers. L’autorisation environnementale d’exploitation d’un établissement d’alcool de bouche, l’a été également il y a deux mois. « À l’aide d’un avocat », insiste Michel Clabaux.

Avant que ne survienne cet incendie le 18 juillet dans un hangar et des serres de la ferme de Moque-Souris à La Sauzaie, distante de quelques centaines de mètres à vol d’oiseau du château.

Nous nous devions de réagir par rapport à cet incendie. Les échanges avec les pompiers sur place ont porté sur leurs inquiétudes à une propagation dans la zone. La zone est fortement boisée, classée en zone naturelle. Cet événement devrait être un coup d’alarme sur les questions de sécurité que mérite cet endroit. Nous vous avions alerté sur ces risques d’incendie, mais également technologiques ou d’inondations, d’une telle usine dans une zone au centre d’arbres centenaires », poursuit Michel Clabaux.

Du côté de la mairie on se veut beaucoup moins alarmiste. « J’ai eu les pompiers au téléphone. Ils ne m’ont pas parlé de ça. Je vais me rendre sur place pour en savoir plus », précise Evelyne Ferrand la maire de Saint-Xandre, commune à laquelle est rattaché le hameau de la Sauzaie.

Pourtant il y a urgence selon les membres de l’association, « nous souhaiterions une prise de conscience rapide de notre municipalité, où aucun chantage de la rénovation d’un château par une entreprise privée, où aucune pression de la CDA, ne doivent se faire aux détriments des habitants et de la nature ».


Publicités


article, Saint Xandre, Société, Vie des communes