Rochefort. Rugby : l’entraineur du SAR Lorenzo Conio tire sa révérence

À 54 ans, Lorenzo Conio raccroche ses crampons d’entraîneur du SA Rochefort. Après deux saisons passées aux côtés de Gérald Merceron, il s’est confié dans une interview sans détour pour AunisTV.

Lorenzo Conio stoppe sa carrière d’entraîneur avec le SA Rochefort. (©Corentin Cousin).

Ce jeudi 28 avril, Lorenzo Conio a foulé pour le dernier entraînement de la saison la pelouse du SA Rochefort. Un entraînement particulier pour lui puisque c’est à l’issue de cet ultime rendez-vous qu’il va tourner la page du coaching au sein du club rochefortais.

Ancien joueur professionnel au Stade Rochelais entre 1973 et 1987, puis à Bordeaux à l’époque d’un certain Vincent Moscato avant de revenir dans le club de la caravelle (1993 et 1995), il débute sa carrière d’entraînement à Royan pour terminer à Rochefort aux côtés d’un certain Gérald Merceron, lui aussi passé parle le Stade Rochelais en tant que joueur.

Ne rien s’interdire

Tout était prévu en interne, la direction le savait, les joueurs également, Lorenzo Conio met fin à sa collaboration avec le SAR tout comme Gérald Merceron à la fin de cette saison. Deux années après, Lorenzo retient d’abord l’aventure humaine, mais sa décision était déjà prise. « Même si le projet du club aurait pu faire changer la donne, je me voyais mal revenir sur ma décision, mais attention, je ne suis pas du tout fâché avec Rochefort, bien au contraire, je tiens à rassurer tout le monde ».

Si Lorenzo arrête l’aventure sous les couleurs de Rochefort, néanmoins il ne s’interdit rien pour la suite. Renfiler le costume d’entraîneur est une possibilité, mais non sans condition.

Si j’ai un projet intéressant, pourquoi pas, mais je n’ai aucune proposition pour le moment. Avant tout, je veux privilégier le côté humain. J’ai toujours fonctionné à l’affect, c’est mon let motive donc on verra bien ». Lorenzo Conio.

Gérald Merceron, la belle découverte

Malgré la crise sanitaire qui a coupé la première saison de Lorenzo dès son arrivée dans le club rochefortais, il tire tout de même un bilan positif des deux années passées au côté de Gérald Merceron qu’il a appris à découvrir.

J’ai appris à apprécier Gérald, qui est un super mec, avec ses bons et ses mauvais côtés. C’est quelqu’un d’entier sur qui on peut avoir confiance et c’est très important. J’ai passé deux très belles saisons avec lui ».

Le SAR doit franchir un cap

Nouveau staff, le SAR a également récemment annoncé un nouveau directeur sportif : Benjamin Bagate. Avec ce remaniement sur le bord de la pelouse Rochefort veut franchir un cap. Une bonne chose pour Lorenzo.

« Je connais bien Benjamin, il a beaucoup de compétences. Il va apporter un certain professionnalisme à Rochefort. Le club veut prendre ce virage-là, et il a raison de le faire. C’est la personne qui conviendrait le mieux pour le SAR ».

Quant au staff, les successeurs de Lorenzo et Gérald ne sont pas encore connus malgré quelques pistes évoquées en interne.

Du côté des trois quarts, le club va s’appuyer sur Igor Lienhard, le frère du président qui s’occupait de la réserve. Après je ne suis pas dans les petits papiers, mais je ne me fais aucun souci sur le prochain entraîneur qui saura tirer les joueurs vers le haut ».

Pour Lorenzo, si Rochefort garde sa base solide de joueurs, elle sera très bonne pour redémarrer une nouvelle saison en Fédérale 2 et accéder aux phases finales.

Si son métier d’apiculteur lui prend beaucoup de temps, il n’en oublie pas moins le rugby et ses amis rochefortais qu’il compte bien venir voir jouer le dimanche.

Je suis un passionné de rugby et je le resterais. Je ne peux pas m’en passer. Sans rugby, je suis orphelin ». Lorenzo Conio.

Voir l’intégralité de l’interview


Publicités

Vous aimerez peut-être lire aussi


Rochefort, Rugby, Sport, Vie des communes