Prix des carburants : après les marins-pêcheurs, les routiers et les taxis manifestent leur mécontentement

Lundi, dès 4 h du matin, routiers, chauffeurs de taxis et professionnels du bâtiment se sont réunis au rond point de Lagord pour former un barrage filtrant en contestation des hausses incessantes du prix des carburants.

Cet article est accompagné d’un reportage vidéo à voir en fin de page

Déjà en hausse constante ces derniers mois, le prix du gazole s’est envolé depuis l’invasion de l’Ukraine par les Russes. (©Ludovic Sarrazin)

Branle-bas de combat ce lundi matin au rond-point de Lagord, en dessous de la 4 voies, ou plusieurs dizaines de patrons routiers étaient réunis pour manifester leur mécontentement. Une situation sous tension qui s’explique par la hausse des carburants. Mais pas seulement. Au-delà de ce constat, tous revendiquent également l’inflation générale qui handicape considérablement leur travail au quotidien.

Attention circulation perturbée !

Sur place, camions et voitures de taxi ont été placés aux abords du grand rond-point de Lagord à proximité de la N237. Si aucun blocage n’a été effectué pour le moment, les manifestants sont là pour faire entendre leur colère vis-à-vis de la hausse des prix du carburant et l’inflation provoquée par la guerre en Ukraine.

« On parle beaucoup du gazole, mais on souhaite plutôt dénoncer l’inflation. Les routiers revendiquent un réajustement de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques. Dans le secteur du BTP, les professionnels souhaitent une baisse du prix du GNR (gazole non routier) et des matériaux de construction. Aujourd’hui, on parle au nom de tous les corps de métier. Pas seulement des transports ! », explique Rudy Chabot, directeur de la société Transport Chabot.

Mécontents des dernières annonces du gouvernement, des transporteurs routiers continuent de faire part de leurs inquiétudes. Ils estiment les annonces « insuffisantes ».

Le « plan de résilience » présenté mercredi dernier par le Premier ministre, Jean Castex, ne semble donc pas à la hauteur des attentes pour les professionnels de ces secteurs très gourmands en carburant. Parmi les mesures, la remise de 15 centimes par litre au 1er avril est jugée dérisoire.

Quels sont les points de filtrage signalés sur la RN237 :  au niveau de Lagord, la bretelle d’entrée de la rocade vers Rochefort; au niveau de Leclerc-Lagord, circulation très difficile dans les deux sens, en direction de Rochefort et de l’île de Ré; et au niveau de Puilboreau, en direction de l’île de Ré.

Pour autant, les manifestants laissent passer les véhicules légers. Une opération de filtrage réussie puisque si ces points ont généré d’importants ralentissements sur l’ensemble de l’agglomération, et notamment sur la RN11 et la RN243, les automobilistes n’ont à aucun moment été victimes de blocage sur le rond-point de Lagord.

« On demande l’arrêt de la spéculation  des prix des carburants. Il faut revenir à un taux raisonnable pour que tout le monde travaille dans les bonnes conditions. Il faut savoir qu’aujourd’hui un taxi va dépenser en moyenne 400 euros supplémentaires par mois pour faire ses pleins de carburant. C’est inadmissible ! Il faudrait revenir aux prix du mois de décembre (1,40 €/l) », ajoute Olivier Rayner, artisan taxi à La Rochelle.

Toutefois, la préfecture de la Charente-Maritime a conseillé aux automobilistes d’emprunter les voies secondaires, les routes départementales et communales. Après les chauffeurs de taxi, les ambulanciers pourraient bien rejoindre ce mouvement citoyen dans les prochaines heures.

Voir le reportage.


Publicités


Lagord, Société, Vie des communes