Niort. Course poursuite, alcool, stupéfiant…Il refuse un contrôle et se retrouve dans une impasse

Vendredi dernier, un automobiliste un peu euphorique et sous l’emprise de stupéfiants a été interpellé par la gendarmerie des Deux-Sèvres après une course poursuite dans les rues de St Léger-de-Montbrun.

Le mélange alcool et stupéfiant est souvent la cause pouvant provoquée un accident de la route. (©AdobeStock/Illustration)

Sous alcool et sous stupéfiant, un conducteur qui roulait à une vitesse excessive du côté de St Léger-de-Montbrun a essayé de fuir les gendarmes des Deux-Sèvres vendredi dernier. Avant de terminer son périple dans une impasse. Inconscient du danger, il a cumulé les délits routiers jusqu’à son interpellation.

Il double sur une ligne continue

Vendredi après-midi, alors qu’il circule dans le secteur de Saint-Léger-de-Montbrun, un automobiliste « un peu euphorique » entreprend de doubler la voiture qui le précède sans tenir compte de la ligne continue.

Seulement, pas de chance, des gendarmes sont témoins de l’infraction et prennent en chasse le chauffard. Mais celui qu’on appelle « Bob » dans le milieu de la sécurité routière adopte un vieux réflexe.

Le contrevenant accélère pour tenter de semer les forces de l’ordre. Quelques minutes plus tard, la course poursuite s’interrompt, « notre hurluberlu perd la boule et déboule dans une impasse » , expliquent les militaires.

Toutefois, l’affaire ne s’arrête pas là pour notre contrevenant. Outre les infractions routières, les gendarmes relèvent un taux d’alcool supérieur à la normale ainsi que des traces de consommation de drogue.

« Une alcoolémie et une conduite sous stupéfiants qui viennent s’ajouter à la ligne blanche et au refus d’obtempérer… des infractions commises malheureusement en toute inconscience ». Il devra répondre de ses différents délits devant la justice.

Pour information, le chauffard risque une perte de 8 points sur son permis de conduire dans cette situation. La préfecture ne peut pas vous enlever plus de 8 points toutes infractions cumulées.

En revanche, l’absence d’arrêt demandé par un agent ou fonctionnaire de police muni d’une insigne peut entraîner de lourdes peines comme une perte de 6 points sur le permis, une amende de 3750 euros maximum et jusqu’à 3 mois d’emprisonnement.


Publicités


article, Faits divers, Niort, Vie des communes