Marans : les amateurs de camping-cars prennent d’assaut les aires de repos

Depuis quelques semaines, les adeptes de camping-cars se réunissent sur les aires de repos marandaises. Derrière le Super U de Marans et le long de la Sèvre Niortaise, une dizaine de camping-caristes ont déjà pris possession des lieux.

L’article est accompagné d’un reportage vidéo à voir en bas de page.

Une vingtaine de camping-cars est déjà installée sur les aires de repos marandaises. (©Antoine Colin)

Un vent de liberté souffle sur les aires de repos dédiées aux camping-cars à Marans. Les beaux jours sont de plus en plus fréquents en ce moment et les camping-caristes comptent bien en profiter au maximum.

Alors, même si l’augmentation du prix du carburant bouscule un peu leurs habitudes, la majorité d’entre eux n’ont rien changé à la philosophie des vacances nomades.

Un sentiment de liberté

En 2020, les ventes de voitures neuves ont reculé de 24 % en Europe, celles des véhicules de loisirs (incluant camping-cars, fourgons et vans aménagés) ont progressé de 12 %, d’après les chiffres de la Fédération européenne du caravaning, la montée des prix du carburant aurait pu mettre un frein à ce succès grandissant.

Mais il n’en est rien. Pour la majorité des camping-caristes, ce véhicule apporte un sentiment de liberté. La liberté, non pas de s’installer n’importe où, mais d’aller au gré de leurs envies et en fonction de leurs désirs de visiter un musée, une région, un ami. Et quoiqu’il en coûte.

On a préféré investir dans ce type de véhicule qu’un van par exemple qui est moins logeable qu’un camping-car. On a donc tout de même choisi un petit camping-car pour aller plus facilement en ville éventuellement puisque les aires de camping-cars urbaines sont souvent situées en périphérie. C’est d’ailleurs le seul inconvénient que nous pouvons rencontrer lors de nos voyages », raconte Maïté, conductrice de camping-car.

Les adeptes de voyages en 4 roues n’ont pas de contraintes. Aujourd’hui, les véhicules sont des véritables chambres d’hôtel ambulantes. Salon, cuisine équipée, chambre deux places… La quête de confort va de pair avec un souci environnemental, difficile à satisfaire pour l’instant. Toutefois, certains commencent déjà à installer des panneaux photovoltaïques sur leur véhicule pour un maximum d’autonomie.

De mars à novembre, on part trois semaines par mois. De temps en temps, on revient à la maison se ressourcer puis on repart », explique André, propriétaire d’un camping-car depuis une quinzaine d’années.

Le camping-car fait également depuis quelques années un retour en grâce, son image est devenue plus branchée, plus jeune. Une tendance accélérée par la crise sanitaire.

À partir de ce vendredi 20 mai, les véhicules de loisirs sont d’ailleurs à l’honneur au parc des expositions de Niort pour la 21ème édition de la Fête Européenne du Camping-Car, organisée par Camping-Car Magazine, devenue, au fil des ans, la manifestation camping-cariste la plus attendue.

Voir le reportage.


Publicités


Marans, Société, Vie des communes