Le Sénat ne veut pas taxer les « superprofits » des grands groupes

Discutés au Sénat ce lundi 1er août, les amendements de la gauche et des centristes visant à taxer à hauteur de 25 % les superprofits des grandes entreprises françaises ont été rejetés par les sénateurs.

Senat ©Sénat
A 22 voix d’écart, la taxation des superprofits des grands groupes a été rejeté. (©Sénat, illustration)

Sans surprise, les sénateurs, majoritairement de droite, ont suivi ce lundi 1er août à la Chambre haute, les recommandations du ministre de l’économie Bruno Le Maire qui s’opposait aux amendements de la gauche et des centristes. « Quand on est le pays le plus taxé de tous les pays européens, on ne rajoute pas une taxe supplémentaire à toutes les taxes qui existent déjà », a t-il expliqué à la tribune du Sénat.

Des amendements qui avaient pour objet de taxer exceptionnellement les « superprofits » à hauteur de 25% des grands groupes tels que TotalEnergies (4,7 milliards de bénéfices ces 3 derniers mois) ou encore Engie. Masi aussi les grands transporteurs et les sociétés d’autoroute. « On ne peut pas constater de tels profits d’un côté et de tels besoins publics de l’autre et ne rien faire », déclarait Rémi Feraud, sénateur PS de Paris à nos confrères de France Info.

Une taxation que le Royaume-Uni, l’Espagne, la Roumanie, la Grèce et l’Italie ont déjà mis en place. L’Allemagne, quant à elle, y réfléchit.

L’amendement a été rejeté de justesse pour le gouvernement à 22 voix d’écart seulement. 155 pour, 177 voix contre. Mais le débat pourrait revenir sur les bancs de l’Assemblée nationale dès la rentrée prochaine avec les discussions sur le budget 2023.


Publicités


article, Politique, Vie des communes