La Rochelle. Un « Pied Nickelé » de la cambriole condamné à deux ans de prison avec sursis

Un Rochelais âgé de 22 ans a été jugé en comparution immédiate pour s’être fait remettre la caisse d’un tabac presse sous la menace d’un pistolet à billes.

Tabac Presse La Rochelle Braquage Yannick Picard
Le Pied Nickelé de la cambriole n’aura pas fait long feu après son braquage à La Rochelle. (©Yannick Picard)

C’est libre que le prévenu s’est présenté le 18 mai à la barre du tribunal judiciaire de La Rochelle. Il lui est reproché d’avoir braqué le patron de « La presse aux trésors » le 26 avril dernier pour la somme de 90 euros sous la menace d’une arme factice.

Vartan avait pénétré dans le commerce du quartier de Bel-Air vêtu d’un sweat à capuche et le visage dissimulé derrière un masque sanitaire et des lunettes de soudeur. « J’étais perdu. Je ne savais pas ce que je faisais », explique le prévenu.

Intrigué par le comportement et la tenue de ce dernier, Ambroise, le patron du tabac presse avait par précaution pris soins d’enlever quelques billets de sa caisse. Les 90 euros restants, il les remettra à Vartan, qui le pointait avec son arme.

Trahi par une pochette ou figurés son nom et son adresse

Ce dernier prend alors la fuite en courant poursuivi par des témoins de la scène. Dans sa course il lâche une pochette, contenant l’argent, sur laquelle figuraient son identité et son adresse.

Une voisine qui connaissait Vartan le photographiera en train d’abandonner son sweat et les accessoires qui avaient servi à dissimuler son visage.

Les policiers n’auront plus qu’à aller le cueillir très rapidement. Trois semaines après les faits, la victime est toujours sous le choc, « je me suis dit c’est mon heure ».

Et sur la raison de son geste Vartan explique

Le week-end précédent je m’étais fait escroquer de 7 000 euros en achetant un véhicule sur le Boncoin. Je voulais me refaire. Avec mes parents nous avons une petite entreprise de transports. Nous sommes dans la difficulté ».

Le ministère public rappelle que le prévenu a frôlé la cour d’assises. Et de préciser, « l’enjeu aujourd’hui est de trouver la peine la mieux adaptée. Mais l’emprisonnement est inévitable ». Dix-huit mois de prison dont la moitié avec sursis sont requis.

Le tribunal est allé au-delà. Vartan jusqu’alors inconnu de la justice a écopé de deux ans de prison intégralement assortis d’un sursis. Il ne devra plus remettre les pieds dans le commerce d’Ambroise. Et également l’indemniser pour son préjudice moral à hauteur de 2 000 euros.


Publicités


article, Faits divers, La Rochelle, Vie des communes