La Rochelle. Rugby. Champions Cup : à la conquête de l’Europe

Le Stade Rochelais lance ce dimanche 12 décembre, à 16h15 sur France 2, sa campagne européenne édition 2021-2022 en commençant par affronter les Écossais des Glasgow Warriors.

Cet article est également composé des vidéos de la conférence de presse d’avant match à voir en fin de page.

La Rochelle va devoir s’appuyer sur une défense solide comme contre Pau pour glaner son premier succès en Champions Cup cette saison. (©Antoine Colin)

La Rochelle fait son retour en Champions Cup après une dernière campagne réussie, mais qui a laissé des regrets à la suite de la défaite des maritimes en finales contre le Stade Toulousain. Il s’agit désormais de faire table rase du passé pour reconquérir l’Europe et tutoyer une nouvelle fois les sommets.

Mais avant d’évoquer les cimes des montagnes européennes, les hommes de Ronan O’Gara devront d’abord se concentrer sur leur premier match de Champions Cup qui les opposent à Glasgow.

Ne pas tergiverser

Ce sont des Écossais bien en jambes qui se déplacent en terre rochelaise. 5e de leur championnat avec 4 victoires pour seulement 3 défaites, les joueurs de Danny Wilson sont en pleine confiance puisqu’ils viennent de s’imposer sur leur pelouse face aux Dragons (33-14).

Avec 5 rencontres de plus que Glasgow depuis le début de la saison, les Jaune et Noir sont, eux aussi, au 5e rang de Top14. Souvent intraitables à domicile cette année, avec 5 victoires en 6 matchs, les Rochelais restent sur une défaite hors de leurs bases, sur le terrain synthétique du Stade Français. Ils voudront donc rebondir et bien débuter l’aventure dès dimanche face à un adversaire coriace.

« Glasgow sait se transcender sur ce genre de match, affirme Grégory Alldritt, et de notre côté le regard sur nous a forcément changé avec notre parcours de la saison passée ». Le 3e ligne sait que La Rochelle sera attendue et analysée de prés.

Pas le même rugby

« Quand on vient du Sud ouest, c’est vrai que l’on a plus tendance à vouloir gagner le Brennus, mais le staff nous a donné le goût de cette compétition. Et le parcours de la saison dernière ne nous a pas rassasiés, on en veut encore plus », souligne Grégory Alldritt.

En revanche, la Champions Cup reste pour les joueurs anglo-saxons une compétition très particulière et le pilier Rochelais, Uini Atonio, en est bien conscient. « Pour eux, la coupe d’Europe c’est quasiment leur championnat. Ils jouent plus de matchs de Champions Cup que de Pro 14 par exemple. Ces joueurs s’entraînent plus pour gagner ce trophée que leur propre championnat. »

Et de surcroît, le rugby y est un peu différent. « Les annonces sont en anglais, et le jeu est plus rapide, plus intense. Lorsque tu joues des matchs de Champions Cup, cela équivaut à des matchs internationaux », souligne l’international tricolore. Les Rochelais vont devoir s’adapter rapidement s’ils ne veulent pas courir après le score durant les 80 minutes.

« Ce sont des équipes où les mecs courent, plaquent fort et jouent très vite. Si tu les laisses faire, ce sont eux qui font le match. Ces gars sont capables de mettre 18 plaquages par match donc si l’on n’avance pas, les 80 minutes vont être très longues ». Uini Atonio.

Et les Warriors ont de très bons arguments pour contrer ce qui fait la force de La Rochelle : sa défense. « Ils ont un rugby à l’écossaise, c’est-à-dire très physique et qui joue beaucoup sur du large-large, analyse le numéro 8 maritime, la conquête et la défense seront prépondérantes sur cette rencontre ».

Après une défaite à Paris, La Rochelle devra relever la tête devant son public pour lancer de la meilleure des manières cette Champions Cup dans un format où une défaite pourrait d’ores et déjà annihiler toutes les ambitions placées dans cette compétition et ainsi sceller le sort des Rochelais.

(Extrait vidéo) de la conférence de presse d’avant match avec Grégory Alldritt et Uini Atonio.


Publicités


La Rochelle, Rugby, Sport, Stade Rochelais, Vie des communes