La Rochelle. Le Kabuto Fight Club fait le plein de victoire en MMA

Le Kabuto Fight Club a emmené deux combattants professionnels, Martin McNulty et Anthony Laurent, dans l’octogone de Saint-Quentin en Picardie. Résultat, 2 victoires et cartons pleins pour les Rochelais.

L’article est accompagné d’un reportage vidéo à voir en bas de page.

Après Louka, son frère Anthony et son coéquipier Martin obtiennent de bons résultats dans de nombreuses disciplines notamment en MMA. (©CorentinCousin)

Le Kabuto Fight Club de La Rochelle est parti, il y a 15 jours de cela, à Saint-Quentin en Picardie dans le nord de la France pour y disputer des combats de MMA. Sur 4 combattants engagés au total, deux d’entre eux boxaient chez les professionnels : Martin McNulty et Anthony Laurent.

Entre le monde amateur et professionnel, il y a une étape à franchir. Et les deux combattants ont su se montrer à la hauteur de l’évènement.

En amateur, on est sur 3 rounds de 3 minutes avec des gants plus gros et des protège-tibias. En revanche, en professionnel, on passe à 3 rounds de 5 minutes avec des plus petits gants, des bandages en dessous, mais surtout, on a le droit aux coudes, debout comme au sol », explique Samuel Judes, head coach (entraîneur principal) au Kabuto Fight club de La Rochelle.

Un baptême du feu pour Anthony

Pour Anthony Laurent, c’est le grand baptême chez les pros. Un premier combat et une première victoire qui a une saveur particulière, lui le natif de la Picardie.

C’était mon premier combat pro en MMA. J’ai vécu une belle expérience. En plus, je suis originaire de Picardie donc je jouais un peu à domicile, j’avais pas mal de public derrière moi », raconte Anthony Laurent, combattant de MMA du Kabuto Fight club.

Une victoire sur décision unanime des juges. Alors, certes c’est un succès, mais il laisse tout de même quelques petits regrets à Anthony.

J’aurais préféré finir le combat avant, mais le plus important, c’est d’avoir ramené la victoire (…) Maintenant, j’ai encore du travail à faire au sol, j’ai encore besoin d’apprendre », ajoute-t-il.

Une première chez les professionnels réussit, mais Anthony Laurent ne sort pas de nulle part. D’abord passé par la boxe thaïe, l’aîné de la famille Laurent a déjà une carrière en pied-poing.

Martin poursuit son sans-faute

Pour, le franco-irlandais, Martin McNulty, la gagne, ça le connaît. C’est déjà son 4e combat pour autant de victoire. Un dernier succès décroché par soumission.

Sur mes 4 combats, j’ai pris l’ascendant en lutte et j’en ai profité. Sur le dernier combat, par exemple, on a essayé de faire attention. En face, c’était pas mal, il avait une bonne puissance au niveau de son bras arrière du coup j’ai veillé à ne pas prendre un crochet du droit et dès que j’ai eu l’occasion, je l’ai amené au sol… » souligne le champion.

Si chaque combattant à sa discipline de prédilection, chacun cherche néanmoins à être le plus polyvalent possible. Le but : pouvoir s’adapter à tous types d’adversaires à l’image de Martin.

Si jamais, j’ai l’ascendant en stricking (art de se battre debout), je reste sur cette option, si c’est plutôt en lutte, je vais me concentrer là-dessus. Après en MMA, on recherche à être le plus imprévisible possible », développe Martin.

Si Anthony est spécialisé dans le stricking, autrement dit la boxe pied-poing, le point fort de Martin, c’est plutôt le sol. Et son coach, Samuel Judes adapte les différentes stratégies de ces combats en fonction de ces qualités.

Des débuts prometteurs pour Anthony Laurent et Martin McNulty qui commence sur les chapeaux de roues. Avec chacun l’ambition de continuer d’engranger des victoires pour accéder au plus haut niveau du MMA.

Voir le reportage.


Publicités


La Rochelle, Sport, Vie des communes