La Rochelle : Darko, déjà poursuivi pour féminicide, de retour au tribunal pour acte violent

Darko, mis en examen pour le meurtre de son ex-compagne à Périgny et qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité a comparu pour des violences devant le Tribunal judiciaire de La Rochelle.

Rue Bletterie La Rochelle ©Yannick Picard
Rue Bletterie à La Rochelle Darko assène un coup de bouteille sur le carne de David, 30 jours d’ITT pour la victime de l’ancien policier Yougoslave. (©Y.Picard).

Dans le box des prévenus ce lundi 11 avril, le quadragénaire ancien membre de la police militaire Yougoslave est on ne peut plus pragmatique, « je n’ai pas l’intention de sortir de détention, d’ailleurs je vais tout faire pour y rester. Il n’y a plus de vie ».

Darko est en détention provisoire depuis le 11 juin 2020, pour avoir commis un féminicide, alors qu’il venait de sortir de prison quelques jours auparavant. Le quadragénaire n’avait pas supporté que son ex-compagne lui annonce son intention de rompre avec lui.

Darko s’était alors déchaîné à coups de marteau sur la jeune femme, pour finir par l’étrangler avec sa ceinture. Des faits reconnus en garde à vue et pour lesquels le quadragénaire encourt la réclusion criminelle à perpétuité, lorsqu’il sera jugé plus tard par une cour d’assises.

20 mentions au casier judiciaire pour actes de violences

En attendant celui dont le casier judiciaire comporte 20 mentions devait répondre de faits de violence commis dans la nuit du 14 au 15 avril 2017, rue de la Bletterie à La Rochelle. Ce soir-là il sort d’un bar avec sa compagne qu’il tuera 5 ans plus tard.

Cette dernière est bousculée volontairement par deux jeunes, eux aussi alcoolisé. Ils sont pris en chasse par le couple durant une quinzaine de minutes. Avant de se retrouver devant le même bar.

J’étais énervé. Ils n’arrêtaient pas de la traiter de tous les noms. J’ai voulu la protéger. Ce n’est pas moi qui les ai provoqués. C’est la victime qui nous a provoqués. Il fallait qu’il ferme sa gueule », explique Darko.

Darko voit rouge. Il saisit une bouteille et en assène un violent coup sur le crâne de David. La victime s’effondre. Elle perd connaissance et aujourd’hui ne se souvient de rien. « Cinq ans après les faits, son état n’est toujours pas consolidé. Vous auriez pu vous retrouver devant les assises », constate le tribunal.

30 jours d’ITT à la victime

Peu après cette agression qui a valu 30 jours d’interruption temporaire de travail à la victime, Darko avait commencé une sorte de repenti, « j’avais commencé à mettre de l’argent de côté pour l’indemniser. Et puis il y a eu ce mois de juin 2020. Je n’attends plus rien ».

La partie civile demande une expertise médicale, « mon client a eu la boîte crânienne littéralement enfoncée ». Le ministère public revient sur l’ancrage de Darko dans la violence, « ça devient de plus en plus barbare. C’est de l’acharnement sans limitation ». Une peine de 20 mois de prison est requise.

La défense explique que son client a été agressé au couteau en 2015. Et qu’il est difficile pour lui au regard de ce qui l’attend de se, « projeter à plusieurs dizaines d’années ». Darko est le dernier à prendre la parole, « je souhaite tout le bonheur du monde à la victime pour l’avenir ».

Le tribunal l’a condamné à 16 mois de prison et placé sous mandat de dépôt.


Publicités


article, Faits divers, La Rochelle, Vie des communes