Entre menaces physiques et règlements de compte via Facebook, la tension monte à Marans

Sur fond de querelles politiques, ça balance pas mal sur les réseaux sociaux entre un administré, Alexandre Falco, et certains élus de Marans, conflit que le maire Jean Marie Bodin ne veut pas arbitrer.

Alexandre Falco Marans (©Yannick Picard)
Alexandre Falco, habitant de Marans, a t-il été menacé de se faire casser la gueule par Giovanni et Damien Rouberty ? (©Yannick Picard)

« Marans ton univers impitoyable », tel pourrait être le titre de la saga de l’été relayée sur Facebook et qui n’est pas loin de tourner vinaigre, si le maire de Marans, Jean-Marie Bodin, ne vient pas très rapidement y mettre son grain de sel. Mais en a-t-il l’intention ?

Dans un coin du ring, Alexandre Falco, capitaine d’entreprise à la retraite et qui en 2020 a roulé pour Jean-Marie Bodin lors de la dernière campagne des municipales. Avant de se raviser et de quitter le navire électoral.

Je suis un homme de gauche. Bodin il n’est pas de gauche, ni même un Marandais. En fait il fait juste du Bodin. Je ne fais depuis le début que dénoncer les disfonctionnements de la commune. Par exemple pendant 8 mois j’ai signalé une fuite d’eau potable sur le port. Je faisais de même avec l’ancien maire Thierry Belhadj. Mais lui au moins il se bougeait dans les 3 jours. Les problèmes ne m’intéressent que si on trouve une solution », dénonce Alexandre Falco.

Dans l’autre coin, la famille Rouberty, dont la mère, Emmanuelle, est une des adjointes du maire, et son fils Damien, conseiller municipal. Entre Alexandre Falco qui reproche au maire, « de se cacher derrière les problèmes » et la famille Rouberty, il y a la page Facebook « Causette à Marans« , administrée par Guillaume Lochon, un des conseillers municipaux d’opposition.

Guillaume Lochon qui s’inquiète de devenir en quelque sorte un « sparring-partner », un punching-ball. Tout en concédant, « Je relaie certaines publications d’Alexandre Falco ».

Menaces et intimidation ?

Et l’une d’elles a semble-t-il mis le feu aux poudres le dimanche 14 août au cours de l’après-midi. « J’ai entendu frapper très violemment à ma porte. J’ai ouvert ma fenêtre et j’ai vu Damien Rouberty et son père Giovanni. Ils menaçaient de me casser la gueule », explique Alexandre Falco.

Une version que conteste en partie le jeune conseiller municipal.

Il y avait bien mon père mais qui à juste dit à Alexandre Falco d’arrêter de harceler, sur les réseaux sociaux, le groupe musical dans lequel jouent notamment ma mère et mon père, La Roudoudou Family. Moi je ne faisais que passer par là. Je rentrais de chez ma grand-mère. Alexandre Falco ment. D’ailleurs la Roudoudou Family va porter plainte contre lui », indique Damien Rouberty.

Giovanni Rouberty confirme la version de son fils, mais avec certaines nuances, « oui j’ai frappé à la porte de Monsieur Falco. Mon fils passait là par hasard. Il revenait bien de chez sa grand-mère. Je n’ai pas menacé Alexandre Falco. Je lui ai juste dit d’arrêter de prendre à partie la Roudoudou Family ».

Mais contrairement à ce qu’affirme son fils, Giovanni Rouberty ne déposera pas plainte, et « depuis, Alexandre Falco a modifié les termes de son post Facebook. Donc je n’ai plus de preuve ». Même si, selon nos sources, depuis plusieurs années, trois militaires de la gendarmerie nationale basés à Lagord, peuvent notamment faire parler le web… même une fois effacé.

Parole contre parole

Alors parole contre parole. L’histoire se répète cependant entre cette fois Giovanni Rouberty et Guillaume Lochon. Ce dernier est affirmatif,  » Giovanni Rouberty m’a téléphoné pendant 40 minutes. C’était limite menaçant. Il m’a dit que si quelque chose de grave arrivait dans sa famille suite aux publications d’Alexandre Falco sur ma page Facebook,  je serais responsable.  Pour conclure : votre page ce n’est pas Causette à Marans, mais langue de pute à Marans ».

Sans guère de surprise donc dans cette pétaudière Marandaise, Giovanni Rouberty conteste là aussi, « j’ai bien appelé Guillaume Lochon. Je n’ai pas été menaçant, mais au contraire bienveillant ».

« Bodin doit prendre ses responsabilités »

On l’aura bien compris les uns et les autres ne partiront pas en vacances ensemble. Malgré tout, tous sont unanimes aujourd’hui, « Bodin doit prendre ses responsabilités ».

Alors quelle est la position de l’arbitre dans cet opus de « Soyez Marans », dont Audiard aurait pu largement faire ses choux gras ? Jean-Marie Bodin est clair sur la question.

Je ne prendrai pas partie dans cette affaire. Je tiens juste à rappeler que d’un côté il y a une famille qui s’investit dans le milieu associatif depuis plus de 100 ans. Et de l’autre un personnage qui s’inscrit dans la critique permanente et non constructive ».

Reste la proposition faite par AunisTV de permettre à chacun de s’exprimer en direct sur son plateau, lors d’un débat entre Jean-Marie Bodin et Alexandre Falco. Même pas peur pour ce dernier, « oui avec plaisir ! ».

Pas de débat

Mais du côté du maire c’est le non net et définitif mais argumenté malgré tout, « je préfère débattre avec les présidents d’association de Marans. Ou bien encore avec les commerçants qui ont fait venir 10 000 spectateurs la semaine dernière pour assister aux Joutes Marandaises. Alexandre Falco ne sait pas lire un tableau d’effectifs, ni même analyser un budget municipal. Donc c’est non. Je décline votre invitation de venir débattre sur votre plateau ».

Fin de partie alors ? Pas si certain. En effet le 20 septembre prochain, le maire de Marans et sa majorité municipale organiseront une réunion publique. Le temps des questions et des réponses sera venu. En attendant, il n’est pas sûr que le calme revienne sur les réseaux sociaux… Affaire à suivre.


Publicités


article, Marans, Politique, Vie des communes