Covid-19. Puilboreau. Rugby : « le monde associatif est complètement délaissé »

Le président du Rugby Club Puilboreau, Pierre Souchaud a lancé un petit coup de gueule concernant les aides à destination des clubs amateurs, notamment, mais aussi des conditions imposées jugées drastiques pour certaines associations sportives.

Cet article est également composé d’un reportage vidéo à voir en fin de page.

Pierre Souchaud a souhaité s’exprimer avant tout pour le monde associatif et pas forcément que pour les clubs sportifs amateurs. (© Corentin Cousin).

Contraint depuis plusieurs matchs à ne plus avoir de buvette pour les spectateurs en raison des mesures gouvernementales et de la fédération française de rugby, le président du Rugby Club Puilboreau, Pierre Souchaud, juge les conditions drastiques.

En effet, des mesures sanitaires qui se répercute sur la trésorerie du club puisqu’il les nouvelles mesures que les clubs amateurs doivent appliquer génère beaucoup de perte d’argent.

10% du budget en moins

Même si le Pierre Souchaud tient à souligner avant toute chose que la trésorerie du club se porte bien, il veut soulever des contraintes jugées inacceptables pour les clubs amateurs qui restent des associations. « Je ne veux pas parler forcément que de Puilboreau, mais parler du monde associatif et des clubs amateurs qui subissent de plein fouet ces mesures ».

Contrôle systématique du pass sanitaire, désinfection des mains, interdiction de consommer quelque boisson que ce soit dans l’enceinte du stade ou encore fermeture de la buvette, les restrictions ne manquent pas.

Le seul message que j’ai envie de faire passer c’est : aider nous ! ». Pierre Souchaud.

« Toutes ces restrictions influent sur les rentrées d’argent du club. Par exemple, pour le cas de la buvette, on doit recevoir 4 à 5 matchs sans que les supporters puissent s’y rendre, ce qui signifie une perte de recette entre 25 à 30 000 euros », explique le président du RCP.

Ce qui correspond à environ 10% à 15% de la part totale du budget du club. Une part qui n’est actuellement compensée par aucune aide. « Mine de rien, le club doit continuer de tourner, on a des salaires et des charges à payer. Ce n’est pas facile de continuer de les payer lorsque l’on nous retire des recettes qui restent importantes ».

Le RCP, pour son cas personnel, a réussi à pallier cette perte via de nouveaux partenaires et de nouveau contrats de sponsoring. Mais Pierre Souchaud veut aussi penser aux autres clubs amateurs qui ne sont pas dans le même cas que celui du club de rugby de Puilboreau.

Les grands oubliés

Le président du RCP avant d’être un président de club est aussi un président d’association. « Je pense qu’au-delà de ça, on oublie totalement le monde associatif, qui reste un des plus gros pourvoyeurs d’emploi. J’ai l’impression qu’on est la dernière roue du carrosse ».

Toutefois, Pierre Souchaud précise que son club reçoit quelques aides et subventions, notamment de la commune et du département, mais elles ne suffisent plus pour certains clubs, du moins dans le but de compenser cette perte financière, dont ils ne sont pas tributaires.

Malgré tout, on continue de poursuivre nos activités et de faire jouer nos 500 licenciés, et nous n’avons pas non plus beaucoup d’autres moyens de recettes hormis les entrées et la buvette ».

Pierre est conscient qu’il ne peut pas avoir d’aide immédiate, mais il souhaiterait qu’il y ait une réflexion autour de cela pour dédommager le monde amateur. « J’ai discuté avec beaucoup de présidents du monde associatif, en dehors du rugby. Et que ce soit dans le handball, le basket ou dans les autres sports, la tendance est identique. Que ce soit une association culturelle ou sportive, la problématique reste la même ».

Plus de buvette et plus de club house, le RCP n’a plus aucune interaction avec son public et les valeurs qui font ce qu’est l’ovalie disparaissent. Mais pour faire réagir les instances, le président du RCP a décidé de ne pas faire payer l’entrée des matchs de son club à ses supporters. « Ce n’est pas eux de trinquer ».

Le Rugby Club Puilboreau représente tout de même 10 salariés et plus de 1 500 fidèles supporters des Bleus et Noir qui viennent soutenir 500 licenciés, plus gros contingent chez les amateurs.

Intégralité de l’interview : AunisTV
Site Internet : Rugby Club Puilboreau
Facebook : RCP

Voir le reportage


Publicités


Coronavirus, Puilboreau, Rugby, Sport, Vie des communes