Benon. Très fortes tensions entre le maire et certains bénévoles de la bibliothèque

Depuis quelques jours, des tensions entre certains bénévoles de la bibliothèque et le maire de Benon se cristallisent autour de ce lieu de Culture. Thierry Rambaud s’est pourtant entretenu avec plusieurs d’entre eux.

Thierry Rambaud, maire de Benon, estime que la bibliothèque doit être gérée par un professionnel.  (©AntoineColin)

Que se passe-t-il autour de la gestion de la bibliothèque municipale de Benon ? Depuis plusieurs jours, certains bénévoles en charge de la permanence de la bibliothèque s’opposent à des décisions prises par le maire.

Lundi 25 juillet, Thierry Rambaud a décidé de changer les serrures du bâtiment. Les raisons ? Sur le compte Facebook de la commune, il est écrit : « la bibliothèque municipale est actuellement en cours de réorganisation et donc provisoirement fermée. C’est une bibliothèque municipale et donc sous la responsabilité du maire. La notion de responsabilité semble échappée à certains… »

Auparavant, une salariée était en place, mais depuis sa démission, des bénévoles, parmi lesquels on retrouve d’anciens élus municipaux récemment démissionnaires, ont décidé d’assurer l’intérim. Mais le maire ne semble pas du même avis puisqu’il avoue n’en avoir jamais été informé.

« Je ne voulais pas qu’il soit dit que j’étais déserteuse de la bibliothèque ! »

Pour l’une des bénévoles, ancienne élue municipale, Murielle Thomas-Fouchet : « tout s’est fait correctement, on a ouvert la bibliothèque en janvier, tout le monde était invité, on a embauché une salariée, il était au courant même si c’est bien Mme Teixido et Mme Chaillet-Cousson qui se sont occupées de son embauche. »

Par ailleurs, cette décision a été votée le 24 juin 2021 en Conseil municipal. « En tout cas, tout a été fait de manière transparente, j’ai reçu de nombreux mails pour m’informer de l’évolution du projet au même titre que tous les élus du Conseil municipal », ajoute l’ancienne élue.

Seulement, au mois de juin dernier, la bibliothécaire décide de démissionner pour des raisons personnelles. À partir de là, le paysage du « bâtiment municipal » va très vite changer.

On a donc établi un planning sur le mois de juillet et le mois d’août en bénévolat pour remplacer la salariée et permettre à la bibliothèque de rester ouverte, et on s’est dit qu’au mois de septembre, on verrait avec le maire pour recruter une nouvelle personne, mais le 29 juin, on a démissionné de notre poste de conseiller municipal », précise Murielle.

Ainsi, un conflit s’installe entre les démissionnaires et le maire. Et cela ne va pas arranger la situation.

Jusqu’au 22 juillet, on nous a laissé tenir la bibliothèque. Mais ce vendredi, j’étais de permanence, j’avais laissé la porte ouverte pour bien montrer qu’elle était ouverte puisqu’elle se situe dans une impasse. Ce jour-là, un conseiller municipal, Mr Hroncek, est arrivé sur un ton très agressif en me montrant du doigt et en me disant que je n’avais pas le droit d’être là. Heureusement je n’étais pas toute seule, j’étais avec une autre habitante bénévole de la commune Liliane Lavaud qui n’a rien à voir avec le Conseil municipal », raconte-t-elle.

Suite à cette altercation, Liliane Lavaud décide de prendre sa défense et de lui répondre : « Vous êtes entrain de tout mélanger, c’est du grand n’importe quoi ! « . Ceux à quoi Mr Hroncek aurait répondu :  » ils vous ont monté la tête, ne les écoutez pas, c’est des démissionnaires ! Vous avez été manipulée ! « .

Une réponse qui n’a pas vraiment plu à la bénévole qui s’est rendue en mairie le mercredi suivant pour échanger avec Thierry Rambaud. Entre-temps, le maire a décidé de changer les barillets de la porte de la bibliothèque et la fermeture a été annoncée sur la page Facebook de la mairie le 25 juillet. Pour les bénévoles, la surprise est totale.

Je me suis déplacée en mairie le 27 juillet, mais le maire n’a pas voulu me rencontrer alors qu’il était dans son bureau. Il a fallu que je lui fasse un courrier officiel pour fixer un rendez-vous avec lui. Et nous avons convenu d’une date : le 3 août à 17h. J’ai toutefois rencontré Mr Hroncek ce jour-là. Je lui ai dit que cette fermeture était une attitude complètement stupide et une entrave à la Culture. De plus, vous avez changé les serrures, mais qui paye tout ça ?! Ce sont les contribuables. Donc on a double punition ! », s’est plaint la bénévole.

Le conseiller lui aurait répondu : « il ne faut pas le prendre comme ça, on ne nous a pas rendu les clefs et les anciens élus n’ont pas à être bénévoles donc on fait ça pour embêter les démissionnaires !  »

Contrariées et en colère, les deux bénévoles ont la sensation que la mairie cherche donc à se venger. « Mais ces démissions en cascade, ce n’est pas le problème de la bibliothèque ! », rappelle Liliane. Murielle tente alors d’informer les adhérents qui n’ont pas été mis au courant « de cette fermeture précipitée ».

Le lundi suivant, j’étais censée être de permanence, je suis donc allée à la bibliothèque pour aller informer les adhérents. Je suis restée de 14h à 17h, j’ai rencontré des gens et je me suis permis de faire signer un papier demandant de continuer à ouvrir la bibliothèque en tant que bénévole. Je ne voulais pas qu’il soit dit que j’étais une déserteuse de la bibliothèque !, souligne l’ancienne élue.

De son côté, le maire affirme n’avoir jamais été mis au courant de cette permanence des bénévoles.

J’ai demandé la restitution des clefs aux deux adjointes démissionnaires de l’ensemble des bâtiments communaux, dont la bibliothèque, mais on ne me les a pas restitués. Hors, je crains que cela circule entre différentes mains sans que j’en ai la connaissance du coup j’ai pris la décision de changer les serrures de façon à avoir un minimum de maîtrise puisqu’il n’aura échapper à personne que ce bâtiment est une bibliothèque MUNICIPALE », explique-t-il.

Seulement, les deux ex-adjointes affirment les avoir rendues le lundi 25 juillet. En revanche, les clefs de la bibliothèque n’étaient pas en leur possession, mais de celle des bénévoles. Par souci de sécurité, le maire a donc voulu reprendre le contrôle du bâtiment.

Mme Fouchet faisait effectivement partie des élus démissionnaires. Elle me dit qu’elle est maintenant bénévole de la bibliothèque, mais la liste des bénévoles, je ne les connais pas ! Il se trouve qu’il y a donc un double statut plutôt étonnant et je vous avoue que cela m’interpelle un peu surtout dans ce contexte préélectoral », s’interroge le maire.

La démission de douze élus au sein du Conseil municipal semble avoir bousculé l’organisation et la gestion de certains services au sein de la commune. La bibliothèque en est le parfait exemple.

En conséquence, deux camps s’affrontent et les tensions s’intensifient en raison de l’apparition de multitudes de problématiques à l’approche des prochaines élections municipales.

Heureusement, la bibliothèque n’est pas définitivement fermée. « C’est une fermeture provisoire, le temps de la réorganisation, et qu’on recrute un ou une professionnel. Le recrutement est d’ailleurs en cours, précise Thierry Rambaud, on n’est pas dans une espèce de régime associatif ou chacun fait ce qui lui plaît. Non, ça ne marche pas comme ça ».

La prise de fonction est prévue fin août et la réouverture début septembre. En attendant, chacun se renvoie la balle et les deux bénévoles confirment que Thierry Rambaud a toujours été mis aux faits de la gestion entreprise par ses anciennes adjointes comme l’indiquent les comptes-rendus des Conseils municipaux.

Un rendez-vous sous tension

Retour sur le rendez-vous du 3 août dernier entre le maire et la bénévole Liliane Lavaud. Une rencontre qui ne semble pas avoir eu l’effet escompté puisque les deux principaux protagonistes se sont quittés sur un échange assez tendu devant un jeune (mineur, ndlr) bénévole, Raphaël, venu accompagner son homologue.

Je suis restée 7 minutes dans son bureau, montre en main, et il m’a mis à la porte », rapporte Liliane.

À la base, la bénévole était pourtant venue chercher des réponses à ses questions, et notamment, demander des explications sur la fermeture de la bibliothèque. Mais le ton est très vite monté.

D’un côté, le maire accuse la bénévole de l’avoir attaqué frontalement sur un ton véhément, et de l’autre, la bénévole pointe du doigt le comportement « colérique » de l’élu qui s’est rapidement montré agacé par ses questions.

Après quelques échanges sur sa prise de décision « soudaine » de fermer la bibliothèque, le maire campe sur ses positions : « je n’avais pas la liste des bénévoles, j’ai découvert le planning d’été avec l’en-tête bibliothèque municipale ».

Une réponse peu satisfaisante pour Liliane Lavaud qui a tout de suite rétorqué : « la bibliothèque est ouverte depuis le mois de janvier, vous êtes venus à l’inauguration le 11 mars, pourquoi n’aviez vous pas demandé la liste des bénévoles ? Et qu’est ce que vous craignez ? » avant de l’accuser de mauvaise foi.

C’est à ce moment qu’il s’est levé rouge de colère pour me dire « On ne me parle pas sur ce ton ! « , raconte la bénévole.

En colère, Thierry Rambaud aurait fini par se rasseoir et Liliane a voulu aller au bout de l’entretien.

Ce qui me paraît aussi incroyable, c’est que vous avez fermé le lundi 25 juillet et que vous avez dépêché des travaux pour changer les serrures, mais je ne pense pas que cela a été fait seulement pour une restructuration. C’était un besoin de vengeance par rapport à ce qui s’est passé antérieurement. Une fermeture de bibliothèque, c’est une entrave à la Culture et je trouve ça indigne de vous qui vous revendiquait de gauche », enchaîne-t-elle.

Et là, il aurait répondu : « Non, mais vous voulez que je vous fasse le salut hitlérien aussi ?! ». Agacé, le maire finit par mettre les deux bénévoles à la porte.

« J’ai coupé court au rendez-vous puisque cette dame me parlait sur un ton particulièrement agressif. Manifestement, elle était venue pour en découdre et elle n’était absolument pas à l’écoute de ce que j’avais à lui dire donc j’ai mis fin à l’échange. Et je n’ai même pas eu le temps de lui annoncer l’essentiel de ce que j’avais à lui dire », explique le maire.

Suite au retour de Liliane Lavaud, l’équipe d’AunisTV a décidé de contacter Raphaël pour nous confirmer ou nous infirmer les propos tenus par Thierry Rambaud et Liliane Lavaud au cours de cet entretien. Le jeune bénévole a bien confirmé les propos des deux intervenants.

Toutefois, le maire indique également avoir rencontré une deuxième bénévole dans la journée et l’entretien « se serait passé sans accrocs, en toute cordialité ». De plus, Thierry Rambaud a envoyé un mail à la famille de Raphaël pour présenter ses excuses suite à cet échange houleux et l’invite à répondre à ses questions à la mairie de Benon ce samedi 6 août dans la matinée.


Publicités


article, Benon, Politique, Vie des communes