La Rochelle. Avec les fortes chaleurs, peut-on attraper des coups de soleil sous un parasol ?

Le parasol est-il vraiment efficace contre les rayons du soleil ? Souvent, les préjugés peuvent prendre le dessus sur la vraie valeur scientifique d’une information. Le parasol n’est pas une arme absolue contre les coups de soleil. On vous explique pourquoi.

Le parasol est-il un allié ou un outil de protection capable de mettre votre santé en danger ? (©AdobeStock/Illustration)

Vous avez envie de déjeuner dans le jardin, de farniente au bord de la piscine ou de lecture à la plage, mais vous ne savez pas si le parasol sera un bon allié contre le soleil et les rayons UV. Votre questionnement est légitime !

Les dangereux ultraviolets – que nous connaissons tous et que nous redoutons tant – sont souvent là pour nous rappeler la dangerosité d’une exposition trop fréquente au soleil. Responsables des coups de soleil et des cancers de la peau, nous cherchons tous à nous en protéger… Mais avec plus ou moins de succès.

Alors, les parasols protègent-ils vraiment des coups de soleil ? Ou devons-nous obligatoirement passer par la case crème solaire pour les éviter ? L’équipe d’AunisTV va tenter de rétablir la vérité sur l’efficacité du parasol.

Privilégiez le combo crème-parasol !

Effectivement, le parasol peut être un allié redoutable dans notre protection contre bon nombre d’UV, mais certains arrivent tout de même à le contourner en passant par les côtés. On les appelle les rayonnements indirects ou l’effet de réverbération.

Souvent, ces rayons ultraviolets réfléchissent sur le sable ou l’eau. Conséquence, un parasol avec une toile de qualité ne suffira donc pas pour éviter les coups de soleil. Toutefois, il n’est pas inutile de prendre cette précaution puisqu’il faut plus de temps que sans rien au-dessus de votre tête pour attraper un coup de soleil.

Malgré cela, la meilleure solution : c’est le combo parasol et crème solaire ! Sous un parasol, il faut donc se protéger avec de la crème solaire d’indice suffisante (30 au minimum ou 50) et éventuellement un t-shirt.

En résumé, il est tout à fait possible de souffrir d’un coup de soleil… Ou de bronzer après quelques heures passées sous un parasol. Le risque d’effets néfastes des UV est donc réel, encore que les conséquences sont forcément plus modérées qu’en cas d’exposition directe au soleil.

Qu’est-ce que révèle les études à ce sujet ?

Le sable réfléchit fortement les UV (entre 10 et 20 %). Si le parasol est installé sur la plage, le risque reste significatif. L’eau réverbère aussi (mer, piscine…), et même l’herbe, mais dans une moindre mesure (2 à 5 % des rayons solaires).

L’ombre d’une treille, d’une tonnelle ou d’un parasol ne dispense donc pas de s’enduire de crème solaire sous peine d’attraper un coup de sol.

Un article scientifique paru en 2017 dans le JAMA Dermatology explique les résultats d’une étude comparative réalisée sur une plage du Texas pour apporter  la preuve qu’un parasol seul  protège moins bien des rayons nocifs du soleil que deux applications d’une crème solaire SPF 100.

Deux groupes d’adultes ont été recrutés : le premier groupe de 41 personnes est resté sous un parasol arrêtant les rayons UV directs, l’autre groupe de 40 personnes a appliqué la crème solaire SPF100, deux fois pendant les 3 heures qu’a duré le test (soit environ 15 g de crème à chaque fois).

L’étude montre que pendant 3 heures et demie d’exposition au soleil, 78 % des participants se trouvant à l’ombre finissaient avec des coups de soleil, contre 25 % seulement des participants utilisant de la crème solaire.

Cette nouvelle étude confirme les propos du professeur Jean-Luc Schmutz, chef du service de dermatologie au CHU de Nancy, dans les colonnes de l’Obs.

Le rayonnement direct est arrêté par la toile, mais si celle-ci est de mauvaise qualité, avec un tissage un peu lâche, elle pourra laisser passer les UV, les rayonnements ultraviolets émis par le soleil. Par ailleurs, les rayons qui arrivent par les côtés ne sont pas bloqués par le parasol. Et on estime que le sable réfléchit 8 à 10% des UV.», rapportait-il.

Ainsi, avec la canicule et les fortes chaleurs, les rayons du soleil peuvent vite devenir insupportables notamment entre 12h et 14h. La meilleure des protections reste alors l’ombre ! 


Publicités


article, La Rochelle, Santé, Vie des communes