Festival de la Fiction TV de La Rochelle 2019.

Membres du Jury Festival Fiction TV La Rochelle 2019

« Plus de 60 films présentés en compétition officielle, en hors compétition, en sélection étrangère et en projections spéciales. Sans oublier les moments de débats et les instants festifs, qui sont également des temps forts du Festival. En vingt ans d’existence, le Festival de la Fiction TV de La Rochelle est devenu l’un des principaux rendez-vous de la télévision en France et le premier événement autour de la fiction.

C’est l’envie d’offrir le premier rôle au petit écran qui pousse Quentin Raspail à créer le Festival de la Fiction. Alors, à chaque rentrée télévisuelle de septembre, le Festival révèle des œuvres de fictions tv inédites, offrant toute la diversité de la création audiovisuelle francophone et internationale. Le but est de donner la parole à ceux qui fabriquent et animent la fiction télé, mais aussi de remercier le grand public qui fait vivre les œuvres.

L’interaction entre les réalisateurs, producteurs, comédiens, compositeurs, scénaristes, régisseurs, techniciens, diffuseurs, institutionnels, partenaires et le grand public fait du festival un moment unique où de nombreux projets voient le jour. Les projections des films en compétition s’enchaînent au rythme des apéros, déjeuners, dîners, cérémonies, débats, conférences de presse, rencontres, films hors compétition et ateliers professionnels. C’est un moment essentiel d’expression, de promotion et de visibilité de la fiction, et surtout un véritable tremplin pour l’avenir de la création. »

Voir le programme du festival.

Isabelle Czakja. Réalisatrice

A sa sortie de l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière Isabelle, Czajka  travaille à l’image sur de nombreux films tels que « King Lear », « Deux fois cinquante ans de cinéma français » de Jean-Luc Godard, « Les caprices d’un fleuve » de Bernard Giraudeau ou « Le Peuple migrateur » de Jacques Perrin. En 2001, elle réalise un court-métrage : « La cible », primé au Festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand. Depuis elle est scénariste et réalisatrice au cinéma, et récemment à la télévision.

 » L’(a)Année suivante  » en 2006 avec Anaïs Demoustier, Ariane Ascaride et Bernard Le Coq est son premier long-métrage (Léopard de la première œuvre au Festival International du Film de Locarno). En 2007 elle réalise un autre court-métrage :  » Un bébé tout neuf « . Son second long-métrage « D’amour et d’eau fraîche » avec Anaïs Demoustier et Pio Marmaï, nommés tous les deux au César, est sorti en août 2010. Suit en 2013 au cinéma  » La vie domestique  » (Prix de la mise en scène au Festival du Film Francophone d’Angoulême) avec Emmanuelle Devos, Julie Ferrier, Héléna Noguerra et Laurent Poitrenaux. Puis, en 2016 à la télévision pour Arte  » Tuer un homme  » (Prix du Meilleur Téléfilm au Festival de la Fiction de La Rochelle (en 2016)). En 2018 elle réalise  » Ronde de Nuit  » pour France 3, avec Olivia Côte, Samir Boitard et Nacima Bekhtaoui, qui remporte le prix du Meilleur espoir féminin au Festival des Créations Télévisuelles de Luchon 2019.

Marie Roussin. Scénariste

Après une formation sur l’écriture du 52′ au CEEA, Marie Roussin commence à travailler sur des séries en écriture collective, comme « Les Bleus » pour M6 ou « Odysseus » pour Arte. Elle part ensuite aux Etats-Unis où elle suit une formation de 15 mois en production et scénario, à UCLA.
A son retour elle participe à la création de la série de 26′ CUT. Puis elle intègre l’équipe d’écriture de Frédéric Krivine sur « Un Village Français » où elle reste jusqu’à la fin de la série.
Parallèlement elle participe à l’écriture de la saison 6 de « Fais pas ci, Fais pas ça », et travaille sur les deux saisons de « Hôtel de la Plage » pour France 2.
Elle repart aux Etats-Unis pour travailler sur la saison 3 de « Borgia » (Canal +), créée par Tom Fontana.
En 2015 elle adapte la série « Les Bracelets Rouges » pour TF1, dont elle dirige l’écriture des deux premières saisons.
Elle écrit actuellement une série pour Amazon Prime.

 

Axel Beaupain. Compositeur

Depuis que « Les Chansons d’amour », de Christophe Honoré, est devenu le film d’une génération, Alex Beaupain occupe une place à part dans la chanson française. C’est son premier album, «Garçon d’honneur» (2005), qui avait inspiré le scénario du film, dont les titres se succèdent à l’écran. La bande originale du film sera disque d’or et Alex Beaupain recevra le César de la meilleure musique de film dans la foulée.
Auparavant, il s’était surtout fait connaître comme compositeur de musique de films déjà pour Christophe Honoré (« 17 fois Cécile Cassard » en 2002, « Dans Paris » en 2006) mais aussi pour Gilles Marchand (« Qui a tué Bambi » en 2003).
Il défendra ensuite en tournée «Pourquoi battait mon cœur», son troisième album, il écrira pour d’autres (Julien Clerc, Calogero, Diane Dufresne) et composera pour le théâtre.
En septembre 2015, il sort un livre disque, « Les Gens dans l’enveloppe », succès couronné d’un disque de platine et dont il fera l’adaptation sur scène à la Philharmonie de Paris en Septembre 2017.
Son 5ème album (LOIN) sort en février 2016, la même année, il collabore à nouveau avec Christophe Honoré pour son adaptation des « Malheurs de Sophie ».
En 2018, sort le premier disque éponyme de Françoise Fabian qu’il a produit et réalisé. La même année, il compose la BO du premier film de Michèle Laroque mais aussi la musique de « Jonas », de Christophe Charrier, pour lequel il reçoit le prix de la meilleure musique au Festival de la Fiction de La Rochelle.
Son sixième album,  » Pas plus le jour que la nuit « , sortira le 4 octobre 2019.

 

Sydney Gallonde. Producteur

Sydney Gallonde a commencé sa carrière en travaillant sur des programmes de contenu de marque dans des agences telles que TBWA, Carat, Omnicom Fuse ou encore Havas. Acteur clé sur le marché audiovisuel depuis 2006, il a travaillé dans différents domaines tels que la communication ou la fiction dans des grands groupes comme Elephant & Cie, Canal +, 39 Productions, Andetcetera, VAB Productions – JLA Groupe. Ces divers postes lui ont permis de travailler avec TF1, M6, Canal+ et France 3. En 2014, il a relevé le défi d’adapter le best-seller d’Harlan Coben, « Une Chance de Trop », pour TF1. Cette mini-série de 6×52’ s’est imposée au Festival de la Fiction de La Rochelle et au Festival de Télévision de Shangaï, et a confirmé son succès avec les audiences records de la chaîne sur les dix dernières années,

La série a été exportée et a rencontré un succès à l’échelle mondiale. À ce jour, elle a été vendue dans plus de 64 pays, et est disponible dans le monde entier. Ce succès lui a permis à de travailler se lancer sur la scène internationale. En 2016, il a produit une deuxième adaptation du best-seller d’Harlan Coben, « Juste un Regard » pour TF1 et en 2017 « La Faute », l’adaptation du best-seller de Paula Daly pour M6. Il crée ensuite « Make It Happen Studio », une société de production audiovisuelle indépendante qui travaille avec des diffuseurs, partenaires et talents mondiaux afin de produire des fictions premium pour les marchés français et internationaux. La société collabore aujourd’hui avec plusieurs talents de best-seller comme Paula Daly, Guillaume Musso, Alex Scarrow, Douglas Kennedy, Riad Sattouf, Tim Willocks et encore Harlan Coben.

 

Elodie Frenck. Comédienne

Elodie est née en Suisse, à Lausanne de père péruvien et de mère française.
Très tôt, elle est attirée par les planches et participe pendant plusieurs années à la Ligue d’improvisation Suisse.
Sa passion est récompensée, puisque adolescente, elle obtient le premier rôle dans le téléfilm « Chien et chat » de Philippe Galland, elle a pour partenaires André Dussollier et Roland Giraud.Puis, elle tourne « Louis enfant roi » de Roger Planchon.
Après avoir obtenu son bac, elle s’installe à Paris et intègre la classe libre du Cours Florent.
Depuis elle a enchaîné plus de soixante-dix rôles au théâtre, au cinéma et à la télévision.

Sa capacité à se transformer physiquement s’expriment dans des rôles aussi différents que la cavalière androgyne de « Rose et Noir » de Gérard Jugnot, l’anorexique tragique de « Mange » de Julia Ducournau, « Lady Macduff » dans Macbeth de Stéphane Liard, la meurtrière bourgeoise dans « Capitaine Marleau » de Josée Dayan, la policière tourmentée du « Pont du diable » de Sylvie Ayme, etc…

Et c’est le rôle de la délicieuse Marlène Leroy de la série « Les Petits meurtres d’Agatha Christie » qui lui vaut en 2013 le prix du jeune espoir féminin ici-même au Festival de la Fiction de La Rochelle, et une popularité croissante. De ce personnage de nunuche stéréotypée, clone de Marilyn Monroe, Elodie Frenck a su en faire une jeune femme tendre, courageuse et perspicace qui a touché le cœur de nombreux fans.

 

François Tron. Directeur général fictions RTBF

François Tron a suivi un parcours entièrement dédié au secteur de l'audiovisuel et des médias. Il a débuté en
1981 auprès de la Direction Générale de Radio France en tant que responsable de la communication interne,
puis comme chargé de mission auprès de la Présidence-direction générale. Il a ensuite été nommé délégué au
développement et aux études de Radio France jusqu’en 1991 où il était aussi en charge de la stratégie.
En 1991, il entre dans le groupe France Télévisions où il sera Secrétaire général de l’antenne et des
programmes de France 3 et de France 2. Puis rejoint la présidence comme conseiller pour les coproductions de
cinéma et les acquisitions jusqu’en 2000, où il devient directeur délégué à la stratégie des programmes et
directeur des études. Nommé directeur des programmes de France 2 en 2001, il exercera cette fonction
jusqu’en 2004 avant de choisir la production privée et la consultance. De 2006 et 2008, il exerce comme
consultant du groupe qatari Al-Jazeera à Doha.
Fin 2008, il rejoint la RTBF à Bruxelles comme Directeur des Antennes, puis deviendra Directeur de la
Télévision. Depuis novembre 2017, il est Directeur Général des Contenus (TV/Radio/Numérique) du groupe
public belge.

Professeur à l’ISERP, ainsi qu’au DU marketing I.N.A./Paris I Sorbonne pendant de nombreuses années,
François Tron est également l’auteur de deux ouvrages : « Le goût de la télévision » (2007) et « La télévision
pour les nuls » (2010). Il est Officier des Arts et Lettres.


Interview : Erwan MILON
Images : Ludovic SARRAZIN.