Île de Ré : « Huîtres et maRé » veut conserver sa médaille d’or au Concours Général Agricole

Après avoir décroché l’or il y a deux ans, David Flores Prieto et Karine Bouyer, les deux co-fondateurs de « Huîtres et ma Ré » présentent une nouvelle fois leurs huîtres au Concours Général Agricole de Paris.

Cet article est également composé d’un reportage vidéo à voir en fin de page.

« Huîtres et maRé » sera l’un des ostréiculteurs rhétais à représenter la Charente-Maritime au Concours Général Agricole. (©Corentin Cousin).

Direction l’île de Ré, et plus précisément à Rivedoux-Plage pour s’arrêter un instant chez un producteur d’huîtres « Huîtres et maRé » qui représentera la Charente-Maritime au prochain Concours Général Agricole qui se déroulera en marge du Salon de l’Agriculture à Paris.

Une reconnaissance d’un bon produit

C’est un moyen pour l’ostréiculteur rhétais de mieux faire connaître les huîtres de l’île de Ré.  » C’est l’opportunité de montrer nos huîtres un peu partout en France, en sachant que l’île de Ré n’est pas forcément connue pour ses huîtres », explique David.

C’est notre 4e participation. Les deux premières années, on n’a pas réussi à être titré, mais en 2020 on a décroché la médaille d’or ». David Flores Prieto.

L’ostréiculteur produit à 99 % des huîtres fines de Charente-Maritime, c’est donc tout naturellement dans cette catégorie qu’il va les aligner. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’elles vont passer sous l’œil avisé des jurés.

Une fine sélection

Et pour cause, David n’envoie pas n’importe quelles huîtres. Afin de mettre toutes les chances de son côté dans le but de remporter une nouvelle médaille d’or, le passé lui a appris à effectuer la bonne sélection.

« La première année, on s’était présenté, elles étaient trop pleines donc on était hors catégorie. On est vigilant à bien rentrer dans les standards de la catégorie, ensuite il faut qu’elles soient bien rondes et qu’elles aient une belle présentation », détail David.

Des huîtres qui vont être goûtées, regardées et analysées dans les moindres recoins par un jury pas forcément composé de professionnels du secteur. « C’est un jury très éclectique. N’importe qui peut se présenter en tant que jurés, toutefois ils restent accompagner par quelques professionnels du milieu. Ça reste relativement homogène ».

Avec sa co-fondatrice Karine Bouyer, David espère bien conserver son titre. En ces temps de JO, cet or ne sera certes pas olympique, mais ce sera tout de même la récompense, pour lui et ses 7 salariés, d’un travail finement accompli.

Verdict : le 26 février prochain.

Site Internet : Huîtres et maRé

Voir le reportage


Publicités


Agriculture, Île de Ré, Rivedoux-plage, Société, Vie des communes