Si vous souhaitez privilégier les transports en commun plutôt que votre voiture pour vos déplacements sur le territoire d’Aunis Atlantique, il vous faudra une bonne dose de courage pour rejoindre La Rochelle ou simplement aller à Marans ou à Surgères.
En effet, à l’heure de la transition énergétique, d’un carburant toujours plus cher et du tout « sauf la voiture », les bus permettant de circuler sur le territoire ne sont pas légions. Peuplé de 25 000 personnes, l’Aunis Atlantique semble pourtant avoir été oublié par la Région Nouvelle Aquitaine qui a repris la compétence Transport en septembre 2017 en place et lieu du Département et qui par l’intermédiaire de la société Kéolis, est en charge de la gestion des bus, de la mise en place des horaires et des dessertes pour une durée de six ans.

A l’instar des villages du territoire, les habitants de Saint Ouen d’Aunis font les frais de ce manque de bus, avec notamment on s’en souvient une rentrée scolaire 2018 chaotique, ce qui a eu le don d’agacer le maire Valérie Amy-Moie, qui dénonce également une politique des transports au rabais.

Reportage :  Ludovic SARRAZIN